France-Le Medef critique le prélèvement à la source

le
3
    PARIS, 17 mars (Reuters) - Le Medef a sévèrement critiqué 
jeudi le projet de prélèvement à la source de l'impôt sur le 
revenu, estimant qu'il constituait une contrainte supplémentaire 
pour les entreprises et que sa mise en place nécessitait "une 
vaste expérimentation préalable". 
    "Ce n'est ni le moment, ni la priorité", déclare 
l'organisation patronale dans un communiqué à propos du 
dispositif que le gouvernement veut voir opérationnel début 
2018. 
    "Ce n'est vraiment pas le moment de charger les 
entrepreneurs de nouvelles contraintes. Sous couvert de 
simplifier, on transfère une mission aux entreprises qui 
devraient ainsi assumer une mission régalienne de l'Etat", 
indique Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président délégué du 
Medef. 
    "Nos TPE et nos PME sont déjà sous l'eau. Arrêtons d'ajouter 
de nouvelles contraintes aux innombrables obligations qu'elles 
ont déjà", ajoute-t-il. 
    Le projet dévoilé mercredi par le ministère des Finances 
prévoit que l'impôt sur le revenu sera, pour les salariés, 
collecté par les employeurs pour le compte de l'Etat, qui leur 
communiquera les taux d'imposition de chacun.   
    Le Medef regrette qu'il n'y ait pas eu de "véritable 
consultation" des entreprises en amont et redoute que les 
patrons aient à s'expliquer avec leurs employés en cas de hausse 
des impôts qui feraient baisser les salaires. 
    Pour pouvoir être envisagé, un tel projet devrait, selon 
lui, "s'initier" dans le cadre d'une baisse des dépenses 
publiques, avoir un coût neutre pour les entreprises, assurer 
leur sécurité et la confidentialité des informations. 
    "Ces exigences rendent indispensable une vaste 
expérimentation préalable à toute décision de mise en œuvre", 
conclut-il. 
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav il y a 9 mois

    Pour Nicolas Sarkozy, il y a «trop» de parlementaires en France17 mars 2016, 13:42

  • opelin il y a 9 mois

    L'état transmet aux entreprises les mensualités de l'année d'avant à prélever sur le salaire. (comme n'importe quelle créance ou crédit comme le fait une banque) L'entreprise paye donc moins le salarié et donne la différence à l'état plusieurs jours / semaines plus tard ... qui est gagnant ? qui a fait travailler l'argent ?

  • nono67 il y a 9 mois

    bah de toutes façons , dans un an , françois , michel , seguolene et toute la clique de la promotion voltaire auront disparu des écran et seront empêcher de nuire . le nouveau gouvernement suspendra ce projet haté et baclé pour l'expérimenter .