France-Le Medef "coach" de jeunes pousses des "quartiers"

le
0

PARIS, 31 mars (Reuters) - Le Medef a décidé de mobiliser ses réseaux pour soutenir des jeunes de quartiers défavorisés ou de territoires ruraux désireux de lancer leur entreprise et une première "promotion" de six femmes et neuf hommes a déjà pu en bénéficier. Les réponses apportées aux problèmes de ces quartiers et territoires ne peuvent pas être "purement sociales", a estimé mardi le président de l'organisation patronale lors de la présentation de ce programme. "Nous proposons des solutions économiques", a ajouté Pierre Gattaz. "Un jeune qui crée son entreprise crée son propre emploi et peut avoir l'espoir d'en créer plusieurs." Le Medef a noué depuis un an un partenariat avec l'association Agir pour réussir (AGPR), créé en 2007 à Cergy-Pontoise (Val d'Oise) par un jeune habitant de la cité de la Croix-Petit, Moussa Camara, 28 ans. "On a décloisonné les univers, on a fait tomber tous les a priori et on a travaillé ensemble", raconte-t-il. "La clef de la réussite, c'est des quartiers populaires et le monde de l'entreprise qui travaillent en direct ensemble", ajoute-t-il. "Pierre Gattaz a dit 'on fait' et on a fait (...) Rien que pour ça, il a mon respect." Les 15 lauréats de la première promotion, âgés en moyenne de 26 ans et sélectionnés en majorité à Cergy-Pontoise mais aussi pour quatre d'entre eux à Paris, ont reçu pendant deux mois une formation pour les aider à lancer leur entreprise. Parmi eux Nina Legnongo, 35 ans, qui veut créer une société de production de programmes audiovisuels, ou Aminata Diakhaby, 26 ans, du quartier parisien de la Goutte d'Or, qui s'apprête à lancer une marque de vêtements "d'inspirations multiethniques". "J'avais assez peur de me lancer. Par le biais de cette formation, j'ai pris confiance en moi", explique-t-elle. Ils bénéficieront désormais également de l'accompagnement d'associations d'entrepreneurs comme le Réseau entreprendre, que le Medef veut mettre en relation avec les associations de quartier par l'intermédiaire de ses branches territoriales. "Quinze personnes, ce n'est pas beaucoup mais c'est une première étape", a déclaré Pierre Gattaz, qui espère que l'expérience fera boule de neige au fil des promotions. Le Medef entend l'étendre progressivement, à commencer dans les régions lyonnaise et toulousaine, et mettre en place un système de labellisation des projets pour les aider à trouver des financements, notamment par le biais d'une plate-forme de "crowdfunding" (financement participatif). "Cette plate-forme serait décentralisée et permettrait d'accompagner des projets identifiés par les Medef territoriaux dans leur phase d'amorçage, dans un premier temps dans le Sud-Ouest de la France", a précisé Thibault Lanxade, responsable du pôle entrepreneuriat de la direction du Medef. (Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant