France-Le HCSF veut une baisse des rendements de l'assurance vie

le
1

PARIS, 10 septembre (Reuters) - Une poursuite des ajustements à la baisse des rendements de l'assurance vie est nécessaire en France au vu de l'environnement de taux bas, a estimé jeudi le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF). Réuni autour du ministre des Finances, Michel Sapin, il a jugé en outre que l'exposition directe du secteur financier français aux risques créés par les turbulences récentes sur les marchés émergents était "limitée". Il fait savoir néanmoins qu'il "demeure vigilant sur la situation macroéconomique et financière des économies émergentes et ses conséquences sur l'économie française." S'agissant de la persistance de taux d'intérêt extrêmement bas, du fait notamment des politiques monétaires accommodantes des banques centrales, dont la BCE, le Haut Conseil considère, comme il l'avait déjà indiqué à l'issue de sa précédente réunion, qu'une poursuite des ajustements à la baisse de la rémunération des contrats d'assurance-vie est "nécessaire." "Il rappelle en conséquence sa vigilance concernant l'adéquation des rendements à venir avec l'environnement financier actuel et la prudence qui doit présider à leur détermination", ajoute-t-il. Alors que le marché immobilier semble amorcer un rebond, il dit encore rester "vigilant" sur la production de crédits, actuellement soutenue par d'importants rachats ou renégociations du fait de l'environnement de taux. Soulignant que ces opérations "pourraient peser sur la rentabilité future des banques françaises", le HCSF indique qu'il "continue de surveiller l'évolution des pratiques de financement en matière de crédit immobilier pour s'assurer de leur robustesse et pour éviter toute dérive des comportements." Pour autant, pour les ménages comme pour les entreprises, il ne "constate pas à ce stade de croissance excessive du crédit dans le système financier français qui pourrait être source de risques systémique." Créé en 2014, le Haut Conseil, qui se réunit chaque trimestre, a pour objectif de réduire les risques de crise financière. Il regroupe le ministère des Finances, la Banque de France, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, l'Autorité des marchés financiers et l'Autorité des normes comptables. Lors de sa prochaine réunion, en décembre, il fixera le niveau du "coussin de fonds propres contra-cycliques", un nouvel outil prudentiel introduit au niveau européen, que devront appliquer progressivement les banques pour leurs activités françaises à compter du 1er janvier. Le taux de cette surcharge en fonds propres "durs", qui fera l'objet d'une recommandation du gouverneur de la Banque de France, pourra être ajusté tous les trimestres. Exprimé en pourcentage des actifs pondérés du risque, il se situera dans une fourchette de 0 à 2,5%, voire exceptionnellement plus, calibré par paliers de 0,25 point de pourcentage ou de multiples de 0,25 point. Le communiqué du HCSF : http://www.economie.gouv.fr/files/hcsf_150910_communique_de_presse.pdf (Yann Le Guernigou, édité par Cyril Altmeyer)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le jeudi 10 sept 2015 à 20:11

    Et voilé, ça continue ...!!!