France-Le gouvernement vise l'équilibre de la Sécu en 2017

le
1
    * Un déficit du régime général ramené à 400 mlns euros en 
2017 
    * Reste à traiter le déficit du Fonds de solidarité 
vieillesse 
    * Un dernier PLFSS très politique avant la présidentielle 
 
    par Emmanuel Jarry 
    PARIS, 23 septembre (Reuters) - L'ultime projet de loi de 
financement de la Sécurité sociale (PLFSS) du quinquennat de 
François Hollande, présenté vendredi par la ministre de la Santé 
et son collègue du Budget, est censé ramener le régime général à 
un quasi équilibre en 2017. 
    Il prévoit ainsi un peu plus de quatre milliards d'euros 
d'économies pour ramener le déficit de ce régime général à 400 
millions d'euros, après 3,4 milliards d'euros prévus en 2016. 
    "Pour l'année 2017, le régime général de la Sécurité sociale 
sera quasiment à l'équilibre pour la première fois depuis 2001", 
a dit Marisol Touraine lors d'une conférence de presse commune 
avec le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert. "On peut 
considérer que le 'trou de la Sécu' sera derrière nous."      
    Alors que les sondages ne donnent à ce jour aucune chance à 
la gauche de rester au pouvoir, l'un et l'autre ont donné à la 
présentation de ce dernier PLFSS un tour très politique. 
    "Ce dernier PLFSS du quinquennat est important parce qu'il 
intervient à un moment où les attaques contre notre modèle 
social se multiplient", a dit Marisol Touraine dans une allusion 
aux candidats à la primaire de la droite. 
    "Cet objectif (de rétablissement de l'équilibre de la 
Sécurité sociale en 2017), nous y croyons et nous sommes 
déterminés à l'atteindre", a renchéri Christian Eckert. 
    Selon les prévisions de la Commission des comptes de la 
sécurité sociale (CCSS) présentées vendredi aux partenaires 
sociaux, le déficit du régime général tomberait bien à 3,4 
milliards d'euros en 2016 mais rebondirait de 2,9 milliards en 
2017 pour atteindre 6,3 milliards à la fin de l'année prochaine, 
si rien n'était fait pour l'enrayer.   
    A quoi s'ajoute le déficit du Fonds de solidarité vieillesse 
(FSV), qui finance le minimum vieillesse et d'autres avantages 
relevant de la solidarité nationale pour les retraites. 
    Selon la CCSS, le FSV sera en déficit de près de 3,8 
milliards d'euros en 2016 et de 3,95 milliards en 2017, le 
gouvernement estimant qu'il se stabilisera à 3,8 milliards. 
     
    OPTIMISATION 
    Pour tenir l'engagement d'un déficit du régime général 
ramené à 400 millions d'euros en 2017, le PLFSS prévoit 4,05 
milliards d'euros d'économies, malgré une progression de 
l'objectif national de dépenses d'assurance maladie (Ondam) 
relevé à 2,1% contre 1,75% en 2016. 
    De fait, ces économies seront essentiellement réalisées sur 
les dépenses d'assurance maladie. 
    La baisse du prix des médicaments, le développement des 
génériques et diverses autres mesures dans ce domaine, ainsi 
qu'une contribution du Fonds de financement de l'innovation 
pharmaceutique, contribueront à ces économies à hauteur de 1,430 
milliard d'euros, selon un document gouvernemental. 
    Quelque 1,135 milliard d'euros d'économies sont attendues de 
la baisse des tarifs des professionnels libéraux, d'une 
meilleure maîtrise des prescriptions et d'une réforme des 
cotisations des professionnels de santé. 
    Le reste est censé venir d'une optimisation des dépenses 
hospitalières (845 millions), du développement de la chirurgie 
ambulatoire et de la rationalisation de la prise en charge en 
milieu hospitalier (640 millions).  
    Marisol Touraine a notamment annoncé la mise en place d'un 
"fonds pour l'innovation médicale" visant à "financer dans la 
durée les traitements innovants". Doté de 800 millions d'euros à 
sa création, il permettra "de lisser les pics de dépense".  
    Elle a dit aussi vouloir plafonner le tarif des prothèses 
dentaires et revaloriser les soins conservateurs.  
    De son côté, le secrétaire d'Etat au Budget, Christian 
Eckert, a confirmé une hausse des taxes sur le tabac à rouler, 
dont le prix augmentera de 15%, et l'instauration d'une taxe sur 
le chiffre d'affaires des distributeurs de tabac, qui rapportera 
selon lui environ 130 millions d'euros par an à l'Etat. 
    "Notre responsabilité c'est aussi, maintenant que le régime 
général est tiré d'affaire, de réduire le déficit du FSV, qui 
reste affecté par la prise en charge des droits à la retraite 
pour les chômeurs", a-t-il ajouté. "Nous allons nous y employer, 
avec un retour à l'équilibre prévu d'ici 2020." 
    Le PLFSS sera présenté en conseil des ministres le 5 
octobre, a précisé Christian Eckert. 
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 3 mois

    ÉCONOMIES ÉCONOMIES ÉGALITÉ ENTRE CITOYENS Réduire de moitié le nombre des parlementaires,supprimer le sénat et les statuts spéciaux , réduire le nombre de fonctionnaires administratifs de 500 000 personnes ,supprimer la moitié des comités Théodules , pour tous 3 jrs de délais de carence en arrêt maladie, pour tous retraite à 65 ans et avec un même calcul , établir la TVA sociale tous en bénéficient tous doivent participer à son financement pas seulement les salariés et entreprises du privé.

Partenaires Taux