France-Le gouvernement fustige les propos attribués à Morelle

le
1

PARIS, 11 septembre (Reuters) - Le gouvernement a fustigé jeudi les déclarations attribuées à l'ancien conseiller de François Hollande Aquilino Morelle qui, selon Le Point, compare son départ de l'Elysée, ainsi que ceux de ministres récalcitrants, à une "épuration éthnique". "Je crois que le mieux qui puisse lui arriver c'est de garder le silence. Quelle est cette impudeur de ceux qui ont eu l'honneur de servir l'Etat et qui tout d'un coup s'exposent comme ça ?", a dit sur France Info le ministre des Finances Michel Sapin. Le ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a mis en cause la responsabilité des anciens proches ou collaborateurs de François Hollande qui s'en prennent désormais au président. "S'exprimer comme ça, avec les mots que j'ai lus, (...) c'est irresponsable, ça n'a aucun sens, il faudrait un peu que chacun revienne un peu les pieds sur terre", a-t-il déclaré sur France 2. Selon le Point, Aquilino Morelle s'en prend violemment au chef de l'Etat et à l'ancien secrétaire général de l'Elysée Pierre-René Lemas, estimant qu'ils ont monté contre lui "une chasse à l'homme, un complot". "La logique qui est en oeuvre est une logique de purification ethnique", aurait-il dit en faisant allusion au génocide rwandais. "C'est les Hutus et les Tutsis. Tout cela est limpide. On a commencé par moi et maintenant Arnaud (Montebourg). Là, ils ont signé leur crime. C'est d'une pureté !", écrit le magazine, citant des propos tenus "en privé" par l'ancien conseiller. L'ex-ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a dû quitter le gouvernement après avoir exprimé son opposition à la politique économique suivie. L'ancien conseiller politique de François Hollande avait dû quitter l'Elysée après des révélations selon lesquelles il avait travaillé en 2007 pour un laboratoire pharmaceutique danois tout en étant rattaché à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas). Dans cet article, il était décrit comme un homme sensible aux ors de l'Elysée, qui aurait fait privatiser un salon de l'hôtel Marigny pour faire cirer ses chaussures. Sur Europe 1, Aquilino Morelle parle de "pseudo confessions" qui lui auraient été extorquées par Le Point. (Marion Douet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le jeudi 11 sept 2014 à 10:41

    L'immoralité est une vertu de gauche.