France-Le frère de Sid-Ahmed Ghlam avait signalé sa radicalisation

le , mis à jour à 16:39
0

PARIS, 19 mai (Reuters) - Sid-Ahmed Ghlam, soupçonné de projeter un attentat "imminent" en avril contre au moins une église de Villejuif (Val-de-Marne) et désormais écroué, avait été signalé aux autorités par son petit frère de neuf ans qui s'inquiétait de sa radicalisation, a déclaré mardi le ministre de l'Intérieur. L'Algérien avait été auditionné à la suite de ce signalement, dont la date ni les conditions ne sont précisées, mais cette audition n'avait rien révélé, a dit Bernard Cazeneuve devant la commission d'enquête sur la surveillance des filières et des individus djihadistes de l'Assemblée nationale. Sid-Ahmed Ghlam a malgré tout été placé sur écoute par la suite, sans qu'aucune relation avec des individus susceptibles de commettre un attentat soit mise au jour, a-t-il ajouté. "L'enquête avance vite", a dit Bernard Cazeneuve. "Tous les jours, les services de renseignement (...) procèdent au démantèlement de filières de recrutement ou de filières terroristes susceptibles de préparer des actes d'attentat (...) et cela se fait sans bruit." Sid-Ahmed Ghlam a été mis en examen le 24 avril, notamment pour association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes d'atteinte aux personnes en relation avec une entreprise terroriste et assassinat en relation avec une entreprise terroriste. Le jeune Algérien, un étudiant en informatique arrêté après avoir appelé le Samu car il s'était blessé par balle à la jambe, est également soupçonné du meurtre d'une jeune femme retrouvée tuée par balle dans sa voiture le 19 avril. Le procureur de Paris a récemment indiqué qu'il avait été "téléguidé depuis la zone irako-syrienne". Les juges cherchent à déterminer s'il a bénéficié de complicités, quelles ont été ses sources de financement et d'où viennent les armes qui étaient en sa possession. Un homme de 33 ans a été mis en examen fin avril pour association de malfaiteurs terroriste et criminelle, recel de vol en bande organisée et usage de fausses plaques d'immatriculation, autant de faits en relation avec une entreprise terroriste dans le cadre de cette enquête. ID:nL5N0XQ6JY (Chine Labbé, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant