France-Le Foll n'exclut pas de réorienter le pacte de responsabilité

le , mis à jour à 11:00
1

PARIS, 1er juin (Reuters) - Le porte-parole du gouvernement a ouvert mardi la porte à une réorientation du pacte de responsabilité si le patronat n'assume pas ses responsabilités en termes de créations d'emploi. Stéphane Le Foll a indiqué en outre sur Europe 1 que les 100.000 nouveaux contrats aidés dont la création a été annoncée lundi par le ministre du Travail François Rebsamen seraient financées "avec des économies sur le budget de la nation". Au lendemain de l'annonce d'un nouveau record de demandeurs d'emplois ID:nL5N0YN369 , il a appelé les entreprises à assumer leurs responsabilités en termes de contreparties aux baisses de charges et de fiscalité prévues par le pacte. "Il va y avoir un rapport d'évaluation du pacte de responsabilité qui va arriver avant l'été. Sur ce rapport d'évaluation, il y aura bien sûr des décisions et des conclusions à tirer", a dit Stéphane Le Foll. Pour le porte-parole du gouvernement, le sujet est "bien sûr" celui des contreparties au pacte en termes d'emplois. La motion majoritaire pour le prochain congrès du Parti socialiste, portée par le Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadelis, évoque la possibilité de réaffecter 15 milliards d'euros, sur les 41 milliards de baisses de charges et d'impôts prévus d'ici 2017, à des aides à l'investissement. Sur RTL, le ministre du Travail François Rebsamen a lancé un appel à la création d'emplois en direction des PME et dit espérer une situation plus favorable d'ici la fin de l'année. Il a insisté sur le décalage existant entre la reprise de l'activité, illustrée par la croissance de 0,6% enregistrée par la France au premier trimestre, et les créations d'emploi. "Je ne dirais pas qu'elles ne jouent pas le jeu, ce n'est pas vrai, je dis simplement il y a un décalage réel", a-t-il dit. "C'est vrai que la balle est dans le camp des entreprises. A nous de leur donner confiance", a ajouté le ministre du Travail en indiquant que des "mesures importantes" seraient annoncées le 9 juin pour favoriser l'emploi dans les PME et les TPE. "C'est à elle qu'il faut envoyer ce message de confiance", a-t-il poursuivi en déplorant que "bien souvent les organisations patronales ne donnent pas ce sentiment de la confiance retrouvée". Le vice-président du Medef Thibault Lanxade a estimé que la reprise de l'emploi serait difficile tant que la croissance n'atteindrait pas 1,3 à 1,5% en rythme annuel. "Pour le moment, la dynamique n'est pas là. Comment voulez-vous qu'un chef d'entreprise de TPE et PME puisse faire des pronostics forts quand on a 0,6% de croissance pour nourrir son carnet de commandes ?", a-t-il déclaré sur BFMTV et RMC. Si des indicateurs passent aujourd'hui au vert "ce sont plutôt les grandes entreprises qui en profitent (...) et le temps que ça arrive dans les petites et moyennes entreprises, ce n'est pas avant 2016". (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • boudet le mardi 2 juin 2015 à 11:14

    Et le balancier revient !! Ils vont remettre en cause la seule action qui limite au moins la hausse du chômage actuellement. Bravo, la France sera bientôt au niveau de la Grèce !!!

Partenaires Taux