France-Le Foll exclut une primaire entre les deux têtes de l'exécutif

le
1
    PARIS, 28 novembre (Reuters) - Le porte-parole du 
gouvernement français a réclamé lundi une "explication claire et 
franche" entre François Hollande et son Premier ministre Manuel 
Valls et exclut que le second reste à Matignon s'il décidait de 
se présenter à la primaire de la gauche pour la présidentielle. 
    "Il n'y aura pas de primaire entre le président de la 
République et le Premier ministre", a déclaré Stéphane Le Foll 
sur Europe 1. 
    "Ça n'existe pas, ça ne peut pas s'imaginer, sauf dans des 
esprits qui ont un peu tendance à confondre leur ressentiment 
personnel avec l'intérêt général", a-t-il ajouté dans une 
allusion au président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, 
qui a souhaité que les deux têtes de l'exécutif participent à 
une primaire de gauche la plus ouverte possible  . 
    Pour le ministre de l'Agriculture, Manuel Valls, qui a 
déclaré qu'il était "prêt" pour participer à la consultation 
prévue en janvier  , a "tout a fait la possibilité" 
d'y participer, "mais à ce moment-là, il n'est plus Premier 
ministre, c'est aussi simple que ça". 
    Dans ce contexte, Stéphane Le Foll a souhaité une 
"explication claire et franche" entre François Hollande et 
Manuel Valls, qui se retrouvent lundi pour leur traditionnel 
déjeuner hebdomadaire. 
    "J'avais dit que je respectais le fait que Manuel Valls 
puisse se préparer le cas échéant, c'est son droit tout à fait 
légitime, et en même temps, j'avais dit qu'on devait respecter 
ce qu'avait souhaité le président de la République, c'est-à-dire 
un calendrier pour une déclaration de candidature dans les jours 
qui viennent. 
    "Les deux restent toujours d'actualité et plus que jamais on 
ne peut pas continuer à être dans cette situation", a encore dit 
le porte-parole du gouvernement. 
    Sur France 2, le Premier secrétaire du Parti socialiste 
Jean-Christophe Cambadélis a estimé qu'il n'était "pas anormal 
que les socialistes, le Premier ministre comme le président de 
la République, s'interrogent sur la meilleure équation pour 
pouvoir gagner la présidentielle mais ça ne peut pas être au 
prix d'une crise dans l'exécutif". 
    Le numéro un du PS a rejeté l'idée d'une crise au sommet de 
l'Etat, soulignant que, jusqu'ici, "rien d'irréparable n'a été 
dit". 
    "Là on est dans la supputation , on est dans simplement la 
discussion entre le Premier ministre et le président de a 
République pour voir comment les choses vont déboucher et elles 
déboucheront par une seule candidature", a-t-il encore dit.  
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Eric Faye) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 le lundi 28 nov 2016 à 11:16

    Le Foll est prêt à soutenir Hollande jusqu'au bout car il espère bien sûr une récompense personnelle en retour, et c'est sa seule motivation...