France-Le FN n'est pas un parti républicain, estime Hollande

le
2

(Actualisé avec Philippot) PARIS, 19 avril (Reuters) - François Hollande a jugé dimanche que le Front national n'était pas un parti républicain mais qu'il fallait débattre avec lui parce qu'il représente une "réalité" qui "ne peut pas être niée". Invité sur Canal Plus, le président a fustigé un mouvement qui "reprend toujours les mêmes thèmes", créant un "risque de guerre de civilisation dans le pays". "Le Front national n'est pas un parti républicain, c'est un parti dans la République", a-t-il dit, estimant que rien ne permet de dire pour le moment que le parti dirigé par Marine Le Pen sera présent au second tour de la présidentielle de 2017. François Hollande a estimé qu'un débat entre les deux candidats restant au second tour de la présidentielle devrait avoir lieu, quels qu'ils soient. Pour combattre le FN, le chef de l'Etat a dit vouloir "projeter une autre idée de la France". "Le risque c'est la dislocation, la fracture", a-t-il insisté. François Hollande a également dénoncé la "mystification" de la présidente du FN, Marine Le Pen, qui parle selon lui "comme un tract de Parti communiste des années 70" pour se donner une image de gauche. "Parce que c'est ça en réalité, en pensant qu'on peut fermer les frontières, qu'on peut nationaliser les industries, qu'on peut sortir un certain nombre de capitaux de notre pays sans qu'il y ait de risque", a-t-il dit. "Sauf que le Parti communiste, il ne demandait pas qu'on chasse les étrangers, il ne demandait pas qu'on fasse la chasse aux pauvres, parce que même les pauvres finissent par penser qu'il y a plus pauvres qu'eux". Florian Philippot, le vice-président du FN, a répliqué que François Hollande était "obsédé" par le parti frontiste et qu'il n'était "pas censé être dans la politique politicienne ou électorale". "Que le FN lui fasse peur, on le comprend, puisqu'il vise à prendre sa place et à imposer une autre politique de redressement national à la France. Mais on l'attendait sur autre chose. Or, sur le reste, absolument rien d'annoncé", a-t-il dit sur BFM-TV. (Gérard Bon, édité par Elizabeth Pineau)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le dimanche 19 avr 2015 à 17:19

    Alors pourquoi ne l'interdit-il pas? faux cul?

  • laquitta le dimanche 19 avr 2015 à 16:42

    En résumé, il y aurait en France plusieurs millions de crétins parce qu'ils ne pensent pas comme lui, et lui seul détient la vérité.