France-Le FN en quête d'un plébiscite aux départementales

le
0

PARIS, 20 mars (Reuters) - Le Front national reste en tête des intentions de vote (29%) à deux jours du premier tour des élections départementales, talonné par l'alliance UMP-UDI (28%) et avec un Parti socialiste (19%) toujours sous la menace d'une sévère sanction. Les Français sont appelés à élire les 22 et 29 mars leurs conseillers départementaux (des binômes homme-femme) dans 2.054 cantons, un scrutin qui suscite le désintérêt -- une forte abstention est attendue, autour de 55% --, d'autant plus que les compétences des départements n'ont toujours pas été arrêtées. Un sondage Harris Interactive pour LCP et 20 Minutes diffusé vendredi et réalisé les 17 et 18 mars auprès de 1.015 Français âgés d'au moins 18 ans confirme le scénario d'un coude-à-coude entre droite et extrême droite au premier tour. La droite et le centre obtiendraient 37%, le bloc de gauche, hors extrême gauche, 33%, et le parti de Marine Le Pen 29%. Dans le détail, les candidats divers droite recueillent 8% des intentions de vote, le Front de gauche 7%, les divers gauche 5%, Europe Ecologie-les Verts (EELV) 2%, le MoDem un pour cent. "Parce que nous sommes divisés, nous risquons de disparaître", a déploré Bruno Le Roux, chef des députés PS, sur iTELE. Face à la désunion, "il faut que les électeurs fassent le rassemblement de la gauche dès le premier tour". Dans Le Figaro, l'ancien Premier ministre UMP François Fillon accuse le chef du gouvernement Manuel Valls, qui a axé la campagne sur le FN, d'avoir mené "une campagne hystérique destinée (...) à faire monter le vote extrémiste pour tenter de sauver quelques présidences de département". Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy, qui entend capitaliser sur les gains attendus de la droite pour imposer sa candidature à la primaire présidentielle de 2016, dénonce lui une alliance "FNPS" et promet la guerre à Marine Le Pen. Selon un sondage OpinionWay pour L'Opinion, 14% des électeurs qui ont voté François Hollande au second tour de la présidentielle de 2012 et 31% des électeurs de Nicolas Sarkozy ont l'intention de voter FN dimanche. Le Front national, qui ironise sur "l'obsession" dont il ferait l'objet, compte approfondir son enraciment local - il se présente dans 95% de cantons - afin d'aborder en position de force la présidentielle de 2017. Marine Le Pen se refuse à tout pronostic (Aisne, Vaucluse, Oise, Var sont jugés gagnables) sur une carte à dominante rose qui devrait largement virer au bleu à l'issue du second tour. L'UMP compte inverser le rapport de forces, actuellement de 61-41 sur les 102 départements, en sa faveur. "Il y aura une éclipse totale du Parti socialiste dimanche", a prédit l'UMP Bruno Le Maire sur Europe 1. Voir LE POINT sur les principaux papiers ID:L6N0WM1WY (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant