France : le diagnostic plus rose du FMI

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Dans un contexte d'affaiblissement de la conjoncture économique en Europe, d'assainissement massif des finances publiques et d'incertitude entourant les politiques publiques nationales, l'économie française a marqué le pas en 2012. Mais, l'amélioration récente des indicateurs économiques autorise à prévoir une reprise progressive au second semestre, indique le FMI dans son dernier rapport.

L'institution prévoit, en effet, que «les conditions de crédit restent favorables», alors que la demande privée «n'est pas plombée par la question de l'assainissement des bilans, de sorte qu'elle est davantage à même de réagir favorablement à un regain de confiance». En fin de compte, les projections du FMI font état «d'une contraction de 0,2 % de l'économie en 2013 et d'une croissance de 0,8 % en 2014».

Selon les projections des services du FMI, le déficit budgétaire tombera à 3,9% du PIB en 2013, contre 4,8 % en 2012. Jusqu'à présent, l'ajustement s'est opéré essentiellement (à raison de 90% environ) au moyen de mesures visant les recettes, alors que les services du FMI avaient préconisé une répartition plus équilibrée de l'effort. Le programme de stabilité d'avril 2013 vise à ralentir le rythme de l'ajustement à partir de 2014 et à rééquilibrer l'effort d'ajustement en mettant davantage à contribution les mesures touchant aux dépenses.

Les risques pour la stabilité financière se sont considérablement atténués, observe le FMI, les banques ayant atteint leurs objectifs de désendettement et renforcé leurs fonds propres et leurs volants de liquidité. Cependant, la rentabilité des banques reste faible. Le système financier français ne s'est pas encore adapté complètement à la nouvelle réglementation internationale concernant la liquidité bancaire.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant