France-Le contexte social pèse sur le moral des patrons de PME-ETI

le
0
    PARIS, 15 juin (Reuters) - La confiance des dirigeants de 
PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire) dans l'économie 
française s'est nettement dégradée en juin, sur fond de 
situation sociale tendue, selon l'Observatoire OpinionWay pour 
la Banque Palatine et Challenges, à paraître jeudi.  
    La proportion de dirigeants de PME et ETI se déclarant 
confiants dans les perspectives à six mois de l'économie 
française a atteint 31%, chutant de huit points par rapport au 
mois dernier, un plongeon mensuel d'une ampleur inédite depuis 
juin 2013. 
    "La situation sociale actuelle en France explique en grande 
partie le décrochage observé pour ce mois de juin", observe la 
Banque Palatine dans un communiqué. Ce contexte a notamment 
atténué l'effet positif des bons chiffres du chômage du mois 
d'avril publiés fin mai, soit pendant la période d'enquête. 
     
    Le niveau de confiance des dirigeants interrogés dans leur 
propre entreprise recule lui aussi, abandonnant cinq points pour 
retrouver son plus bas de l'année, datant de février, à 76%.     
    Le niveau de confiance dans l'économie mondiale confirme en 
revanche la progression entamée en avril, passant de 49% en mai 
à 54% en juin, soit une progression de 12 points depuis le creux 
à 42% du mois de mars.  
    Cette tendance haussière soutient les perspectives 
d'investissement des dirigeants d'entreprise, dont l'indice 
synthétique se stabilise à 112, en recul d'un point par rapport 
à mai mais bien au-delà de son niveau il y a un an (108 en juin 
2015).  
    Cet indicateur, qui a évolué en dents de scie depuis son pic 
de janvier, à 116, est également influencé par une bonne 
propension à investir et des perspectives toujours positives 
pour les embauches.  
    Au cours des six prochains mois, une majorité de PME-ETI 
envisagent de maintenir leur nombre de salariés (72%). L'écart 
entre celles qui prévoient d'augmenter leurs effectifs salariés 
(17%) et celles qui prévoient de les réduire (11%) se traduit 
par un solde d'embauches toujours positif, bien qu'en léger 
recul, à six points en juin contre huit points en mai.  
    Cette enquête a été effectuée auprès d'un échantillon 
représentatif de 301 dirigeants dont les entreprises génèrent un 
chiffre d'affaires compris entre 15 et 500 millions d'euros, 
interrogés par téléphone entre le 23 mai et le 3 juin derniers.  
   
 
 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant