France-Le compte pénibilité est "tout à fait supportable"-Touraine

le
8

PARIS, 4 décembre (Reuters) - La mise en oeuvre de la première phase du "compte pénibilité" est "tout à fait supportable" pour les chefs d'entreprise qui contestent sous des "propos excessifs" une "avancée sociale majeure", a déclaré jeudi Marisol Touraine sur RTL. Le "compte pénibilité", l'un des chapitres de la réforme des retraites engagée par le gouvernement, est au nombre des mesures dénoncées par les patrons de PME qui déplorent pour beaucoup une usine à gaz. Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a paru leur donner raison en soulignant, le 5 novembre, la complexité "insupportable pour certains" du dispositif.( ID:nL6N0SV3CV ) "Le gouvernement met en place le compte pénibilité avec les partenaires sociaux dans des conditions tout à fait supportables", a répliqué la ministre des Affaires sociales. "En quoi est-ce que ça va être compliqué? Il y aura une déclaration annuelle qui va consister à faire un 'clic', à dire 'oui' ou 'non'. On ne me fera pas croire que cocher une case sur le bulletin de paye une fois par an pour dire si oui ou non ces personnes sont concernées par les critères de pénibilité, c'est un travail extrêmement difficile et très complexe", a-t-elle poursuivi. Le "compte pénibilité" s'appliquera à compter du 1er janvier prochain pour les salariés du privé exposés à quatre facteurs de "pénibilité" : le travail de nuit, le travail répétitif, le travail en horaires alternants et le travail en milieu hyperbare. Six autres cas s'y ajouteront le 1er janvier 2016. Les salariés concernés cumuleront sur leur compte des points qui leur permettront notamment de partir plus tôt à la retraite. Pour Marisol Touraine, les critiques des patrons sont "des propos excessifs qui au fond traduisent le fait que pour une grande partie du patronat, ce ne sont pas les conditions d'application du compte qui sont mises en question, mais le principe même de la prise en considération de la pénibilité". "Dire qu'aujourd'hui la simplicité n'est pas au rendez-vous, c'est faux puisque pour les premiers critères, la simplicité est totale, et pour les suivants, nous sommes en train de travailler pour que la démarche soit la plus simple possible", a précisé la ministre. "C'est la position du gouvernement. C'est une avancée sociale majeure", a-t-elle souligné alors qu'on lui opposait les réserves d'Emmanuel Macron. Dans une interview publiée jeudi dans L'Opinion, l'ancien Premier ministre François Fillon demande au Premier ministre Manuel Valls de "suspendre pendant deux ans l'entrée en vigueur du compte pénibilité". Dans cet intervalle, il faut "tout remettre à plat, soit au sein d'une commission parlementaire droite-gauche, soit avec un groupe de travail comprenant des chefs d'entreprise", dit-il. "L'idéal serait l'abrogation, mais j'essaie d'être réaliste, de tenir compte de la pression de la majorité et de la CFDT". (Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2931816 le jeudi 4 déc 2014 à 10:58

    L'impot ne rentre plus (11 milliards de moins en 2014 !),le chomage flambe,le monde des affaires se met au ralenti quand il n'y a pas été mis par la conjoncture,bref tout le monde attendra 2017 et l'alternance pour se lancer et prendre des risques......mais les mesures prises par les socialos n'y sont pour rien,c'est bien connu.

  • M2931816 le jeudi 4 déc 2014 à 10:51

    Voila qui n'aidera surement pas à l'embauche !Les parons attendront 2017 et l'alternance pour l'abrogation de toutes ces mesures iniques !!!!Les socialos vont pouvoir mesurer la hausse du chomage qui va aller de record en record.Ils accuseront les patrons de ne pas jouer le jeu,mais ne se remettront pas en cause eux memes;on ne fait pas d'erreur quand on est socialo!!!!la faute c'est "les autres".

  • M5062559 le jeudi 4 déc 2014 à 10:39

    On a eu la RSE unique au monde. Maintenant on veut nous mettre le compte de pénibilité uniquement appliqué en France. Tout le monde sait que les socialistes ne connaissent rien aux entreprises sauf peut être aux entreprises de la haute finance qui fait de l'argent avec de l'argent. madame plus vous mettez de contraintes aux entreprises plus vous les tuez. Cessez la torture et le meurtre des entreprises.

  • frk987 le jeudi 4 déc 2014 à 10:26

    Définir la pénibilité....vaste sujet, pour certains c'est de porter 50 KG, de respirer du chlore, de l'amiante. Pour d'autres c'est le stress.....et le stress provoque plus de maladies mortelles que l'effort physique. Totalement inapplicable, travailler, c'est pénible...sauf pour les fonctionnaires.....et le président UBU Roi.

  • M931269 le jeudi 4 déc 2014 à 09:53

    Une nouvelle usine a gaz qui va engendrer des couts , vu a la télé hier ; les chefs d'entreprises ont un nouveau casse t^te .....simplification administrative .....ça ne rappelle pas un discours presidentiel , non ? Dans mon entreprise la penibilité était un critére de tous les jours et toutes les etudes de postes le prenait en compte. Mais voila des enarques veulent nous apprendre a travailler !

  • dotcom1 le jeudi 4 déc 2014 à 09:41

    Le remplissage de ce formulaire par le patron devrait rentrer dans les critères de pénibilité maximum.

  • devcor le jeudi 4 déc 2014 à 09:31

    Compte pénibilité : Aussi insupportable qu'elle......et c'est peu dire !

  • jany7 le jeudi 4 déc 2014 à 09:28

    qu'elle aille dans une pme et montre comment c'est supportable

Partenaires Taux