France-Le chômage de catégorie A repart à la baisse en juillet

le
0
 (Actualisé avec réactions) 
    PARIS, 24 août (Reuters) - Le chômage est s'est retourné à 
la baisse en juillet en France après deux mois de progression, 
un recul qui concerne toutes les tranches d'âge mais 
s'accompagne d'une hausse du nombre de chômeurs exerçant une 
activité réduite, selon les chiffres publiés mercredi par le 
ministère du Travail.  
    Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (sans aucune 
activité) a reculé de 0,5% le mois dernier pour s'établir à 
3.506.600, soit 19.100 de moins que fin juin. Il diminue de 
1,2%sur un an.           
    Ce recul intervient après deux mois de hausse, de 0,3% en 
mai et de 0,2% en juin, au sein d'une catégorie qui a atteint un 
nombre record d'inscrits en février, à 3.591.000.     
    En déplacement dans le Maine-et-Loire, François Hollande, 
qui a fait de l'inversion de la courbe du chômage une condition 
de sa candidature à l'élection présidentielle de 2017, a déclaré 
dans l'après-midi, avant même la parution de ces chiffres, que 
la tendance à la baisse du chômage s'était "amplifiée depuis le 
début de l'année".   
    Les indicateurs du marché du travail publiés ce mois-ci 
semblent en effet donner corps aux espoirs présidentiels d'un 
retournement de la courbe.  
    Le taux de chômage selon les normes du Bureau international 
du travail (BIT) a touché au deuxième trimestre un plus bas 
depuis l'automne 2012 et l'économie française a continué de 
créer des emplois dans le secteur privé au deuxième trimestre 
malgré la stagnation de la croissance.    
     
    LA LOI TRAVAIL REVIENT DANS LE DÉBAT 
    A l'approche d'une rentrée qui devrait voir les tensions 
autour de la loi Travail se raviver, la ministre du Travail 
Myriam El Khomri salue dans un communiqué un "retournement de 
tendance" sur le marché du travail.  
    La CGT, fer de lance de l'opposition à ce texte promulgué au 
début du mois, déclare de son côté dans un communiqué que "même 
si le chômage ralentit sa progression, il n'est pas enrayé : il 
se crée surtout plus de précarité".  
    Force ouvrière, également membre de l'intersyndicale 
anti-loi Travail, dresse un constat comparable.  
    Parallèlement au repli dans la catégorie A, le nombre 
d'inscrits à Pôle Emploi a en revanche augmenté de 0,1% si on 
ajoute les catégories B et C (personnes exerçant une activité 
réduite), soit 7.500 personnes supplémentaires en un mois.      
    Le nombre de demandeurs d'emploi relevant de la catégorie D, 
c'est-à-dire pas tenus de chercher un emploi parce que malade ou 
en formation, par exemple, est en hausse à 308.900, sous l'effet 
notamment du plan de 500.000 formations supplémentaires pour les 
demandeurs d'emploi annoncé par le chef de l'Etat mi-janvier. 
    Dans cette catégorie, la hausse s'élève à 1,6% sur un mois 
et atteint 10,7% sur un an.    
     
    AMÉLIORATION SUR LE FRONT DU CHÔMAGE DES JEUNES 
    Pour la quatrième fois depuis début 2016, le recul du nombre 
d'inscrits à Pôle emploi relevant de la catégorie A a concerné 
toutes les tranches d'âge. Il a principalement profité aux moins 
de 25 ans, pour lesquels le recul atteint 0,9% sur un mois.  
    La diminution a été moins marquée chez les 25-49 ans (-0,6% 
sur un mois) et les 50 ans et plus (-0,3%).  
    Sur un an, le total des jeunes chômeurs s'inscrit également 
en baisse, avec un reflux de 5,9%, tandis que le recul est moins 
net pour les 25-49 ans (-1,7%). En revanche pour les seniors, le 
nombre de chômeurs progresse de 2,8%.  
    Le nombre de chômeurs de longue durée, inscrits depuis plus 
d'un an à Pôle emploi, s'inscrit en baisse de 0,7% en juillet, à 
2.411.300, mais s'accroît de 1,0% par rapport à juillet 2015.   
    Cette diminution des demandeurs d'emploi de longue durée, la 
cinquième consécutive, "constitue un résultat inédit depuis huit 
ans", souligne la ministre du Travail dans son communiqué. 
    Sur trois mois, fin juillet, les entrées à Pôle Emploi en 
catégorie A, B et C ont augmenté de 12,2% par rapport aux trois 
mois précédents, à 572.000 en moyenne. 
    Dans le même temps, les sorties de Pôle Emploi ont progressé 
de 5,2%, avec une poursuite de la hausse des radiations 
administratives (+11,1%) et des entrées en stage (+66,4%).  
         
 Les indicateurs français en temps réel             ECONFR  
 Les indicateurs de la zone euro en temps réel      ECONEZ  
 LE POINT sur la conjoncture française              ECO/FR  
  
 (Myriam Rivet, édité par Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant