France-Le chef des armées réclame un budget de la défense accru

le
0
    PARIS, 21 décembre (Reuters) - Le chef d'état-major des 
armées estime dans une tribune publiée mercredi que l'objectif 
d'un budget de la défense représentant 2% de la richesse 
nationale doit être atteint en 2020, avec quatre ans d'avance, 
compte tenu de contraintes accrues des forces de défense. 
    La France, qui s'est engagée avec les autres membres de 
l'Union européenne à porter son budget militaire à 2% de son 
produit intérieur brut (PIB) en 2024 contre 1,78% actuellement, 
a révisé à deux reprises à la hausse la loi de programmation 
militaire depuis les attentats de janvier 2015. 
    "L'accélération du tempo des engagements et la 
multiplication des crises mettent (le modèle actuel de 
l'armée-NDLR) sous extrême tension et l'usent", estime le 
général Pierre de Villiers dans une tribune publiée dans Les 
Echos à cinq mois du scrutin présidentiel. "Or, rien ne laisse 
penser que la tendance puisse s'inverser prochainement". 
    Face à ce constat, il s'agit donc de "rester capable 
d'assurer, dans la durée, la protection de la France et des 
Français face au spectre complet des menaces." 
    "Il faut comprendre que le moindre décalage de cohérence 
entre les menaces, les missions et les moyens s'apparente au 
grain de sable qui grippe le système et conduit à la défaite", 
poursuit le chef d'Etat major des armées. "On ne gagne pas une 
guerre sans effort de guerre".  
    Le budget de la défense, qui a été augmenté de 600 millions 
d'euros en 2016 pour être porté à 32 milliards d'euros, 
augmentera encore de 700 millions d'euros en 2017. 
Parallèlement, le chef de l'Etat François Hollande a annoncé 
qu'il n'y aurait plus de diminution d'effectifs dans la défense 
jusqu'en 2019. 
    Ce n'est pas la première fois que le chef des armées 
françaises alerte sur la nécessité de revoir à la hausse le 
budget de la défense et d'adapter le modèle d'armée aux 
nouvelles formes de menaces.  
    En septembre, lors de l'université d'été de la Défense, il 
avait prévenu qu'il ne se "tairait pas" et avait pointé un bon 
modèle d'armée "mais qui s'use"  .  
    L'objectif d'un budget à 2% du PIB a été réaffirmé en 
juillet lors du sommet de l'Otan à Varsovie. La question, qui a 
fait l'objet de plusieurs bras de fer entre Bercy et l'hôtel de 
Brienne au cours du quinquennat dans un contexte budgétaire 
serré, fait globalement l'objet d'un consensus au sein de la 
classe politique. 
 
 (Marine Pennetier, édité par Danielle Rouquié) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux