France-Le cap ne changera pas, répète Sapin avant Berlin

le
5

(Actualisé avec Macron, détails) PARIS, 20 octobre (Reuters) - Le gouvernement français n'a aucune intention d'amender sa politique pour soutenir davantage la demande et va continuer à mener de front soutien aux entreprises et réduction du déficit, a affirmé lundi Michel Sapin. Le ministre des Finances se rend à Berlin lundi avec son collègue de l'Economie Emmanuel Macron pour y rencontrer leurs homologues allemands Wolfgang Schäuble et Sigmar Gabriel, et à la fois défendre la trajectoire du budget français et plaider pour une politique d'investissements plus ambitieuse. La France, dont le projet de loi de Finances pour 2015 table sur un déficit public de 4,5%, bien au-delà de l'objectif de 3% prévu par les traités européens et repoussé désormais à 2017, veut convaincre l'Allemagne d'investir plus, au-delà des 300 milliards d'euros envisagés au niveau de l'Union européenne. Paris prévoit une croissance du PIB de seulement 0,4% cette année et 1,0% en 2015, insuffisant pour redresser une économie atone, marquée par un chômage record et un dérapage des comptes publics. L'exécutif, qui dit vouloir encore "accélérer" selon le mot employé dimanche par le président François Hollande, dit suivre la seule voie possible malgré les critiques dont sa politique fait l'objet en Europe comme en France, notamment au sein du Parti socialiste. La maire de Lille, Martine Aubry, a ainsi mené une offensive remarquée dimanche en appelant de ses voeux une réorientation vers une politique plus favorable aux ménages. ID:nL6N0SE047 Mais le gouvernement n'entend pas changer de braquet, a répondu Michel Sapin. "Le cap est celui-là: appuyer les entreprises, diminuer la dépense publique, on ne changera pas", a-t-il dit sur France Info. "Nous avons un plan qui consiste à faire baisser les charges des entreprises pour leur permettre d'investir, d'embaucher. Est-ce qu'on va arrêter, faire un tête à queue? La réponse est non", a-t-il ajouté. "Est-ce nous allons considérer tout à coup que la France ne dépense pas suffisamment, qu'il n'y a pas assez de dépenses publiques et est-ce qu'on va augmenter de je ne sais pas combien, 20 milliards? La réponse est non." "LA SEULE SOLUTION" Alors que Martine Aubry estime encore possible d'infléchir la politique menée, en aidant plus directement les ménages et en conditionnant mieux les aides aux entreprises, le ministre des Finances juge pour sa part qu'il est trop tard pour changer. "Est-ce que c'est à mi-mandat que tout d'un coup on change de cap ? On n'aurait que des inconvénients: ni les avantages de la politique que nous menons, ni les avantages d'une autre politique parce qu'elle n'aurait même pas le temps de se mettre en place", a-t-il dit. "Donc la seule solution aujourd'hui, c'est de réussir la politique qui est menée et je pense qu'il serait bon que chacun apporte sa pierre pour réussir cette politique", a-t-il insisté. A l'orée d'une semaine qui, de Berlin à Bruxelles, où se tiendra jeudi et vendredi un sommet européen, va beaucoup tourner autour du projet de budget de la France pour 2015, Michel Sapin a défendu une trajectoire "raisonnable". "Je lis ou j'entends qu'il faudrait infléchir, il faudrait ralentir le rythme de réduction de nos déficits", a-t-il relevé. "Qu'est-ce que je fais aujourd'hui? Je dis: il ne faut pas aller à toute force vers une diminution du déficit, il faut ralentir parce qu'il faut être en adéquation avec les besoins de l'économie française et il faut par ailleurs soutenir la croissance", a dit Michel Sapin. "Donc j'ai le sentiment que la partie sage, raisonnable de ce qui est proposé, nous le faisons aujourd'hui", a-t-il ajouté. Michel Sapin affirme que la réduction des déficits doit être accompagnée, dans la zone euro, de réformes structurelles mais aussi d'une politique d'investissement forte, "particulièrement en Allemagne", et entend le dire avec Emmanuel Macron, lundi. Si Michel Sapin assure que les deux ministres ne vont pas à Berlin pour obtenir "un accord je te donne ci, je te donne ça", son collègue de Bercy appelle l'Allemagne à investir 50 milliards d'euros en contrepartie du plan de 50 milliards d'économies prévu par Paris d'ici 2017. "Ce serait un bon équilibre. C'est dans notre intérêt collectif que l'Allemagne investisse", déclare Emmanuel Macron dans le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. (Gregory Blachier, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M912955 le lundi 20 oct 2014 à 11:23

    Quel cap ?

  • bigot8 le lundi 20 oct 2014 à 10:24

    on ne change pas un cap qui perd de jour en jour des milliards :-)) tu ne feras jamais d une lada une audi

  • M6749774 le lundi 20 oct 2014 à 10:24

    Gardons le cap droit dans le mur. La seule solution serait de réduire le nombre de fonctionnaires à celui de l'Allemagne, moins 20 % ainsi que les charges sur les entreprises, également moins 20%. On remplace par une augmentation de la TVA de 3%, ce qui taxe aussi les produits importés. Mais ce serait trop simple... Attention, les fonctionnaires votent à gauche, les syndicats perdraient de leur pouvoir...

  • M6749774 le lundi 20 oct 2014 à 10:22

    Gardons le cap droit dans le mur. La seule solution serait de réduire le nombre de fonctionnaires à celui de l'Allemagne, moins 20 % ainsi que les charges sur les entreprises, également moins 20%. On remplace par une augmentation de la TVA de 3%, ce qui taxe aussi les produits importé. Mais ce serait trop simple... Attention, les fonctionnaire votent à gauche, les syndicats perdraient de leur pouvoir...

  • mipolod le lundi 20 oct 2014 à 09:54

    Le cap de l'incompétence ne sera jamais changé chez les social.os.

Partenaires Taux