France-Le bidonville de Grande-Synthe vidé en faveur d'un camp

le
1
    LILLE, 9 mars (Reuters) - Le déplacement des migrants du 
bidonville de Grande-Synthe (Nord) vers un camp aux normes 
internationales ouvert par la mairie et Médecins sans frontières 
(MSF) malgré l'opposition du gouvernement est achevé, a annoncé 
mercredi Utopia 56. 
    "Les navettes sont terminées aujourd'hui, il ne reste que 
quelques personnes qui rejoindront le site plus tard dans la 
soirée", a déclaré à Reuters Yann Manzi, responsable de 
l'association gestionnaire du nouveau camp. 
    Depuis lundi matin, les migrants avaient commencé à se 
déplacer d'un bidonville boueux et insalubre vers un camp aux 
normes humanitaires, composé de cabanes en bois chauffées, avec 
des points d'eau et des sanitaires. 
    Environ un millier de migrants, en majorité des Kurdes 
irakiens, étaient installés mercredi soir dans les cabanes. 
    Les opérations de nettoyage et de déblaiement de l'ancien 
site du Basroch, près de Dunkerque, étaient en préparation 
mercredi soir et devraient débuter jeudi matin. 
    Le maire de Grande-Synthe, l'écologiste Damien Carême, et 
l'ONG MSF ont décidé de monter et financer ce nouveau centre 
situé à une quarantaine de kilomètres de Calais. 
    La préfecture du Nord a tenté de s'y opposer, ne voulant pas 
voir s'installer dans la durée des migrants dans cette zone. 
    Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a confirmé 
l'opposition des autorités à ce transfert, rappelant que des 
actions avaient été entreprises pour vider Grande-Synthe. 
    "En quelques semaines, je le rappelle, nous sommes passés de 
3.000 à un peu moins de 1.000 personnes", a-t-il déclaré 
mercredi devant la commission des Lois de l'Assemblée. 
    "La solution à Grande-Synthe ne passe donc pas par un 
déplacement du campement vers un autre site qui, en raison de sa 
localisation très passante, pose des problèmes", a-t-il ajouté, 
précisant que les conditions de sécurité dans le nouveau camp 
n'avaient pas été avalisées par les autorités. 
     
 
 (Pierre Savary, avec Simon Carraud à Paris, édité par Yves 
Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 9 mar 2016 à 18:23

    En résumé on a déplacé ces gens d'un km, bravo l'enfumage socialo !!!!!