France-Large mobilisation contre le FN avant les régionales

le
2
    * Manuel Valls appelle à faire barrage au FN 
    * Le Medef juge le programme économique du parti 
irresponsable 
    * La Voix du Nord prend encore position contre Marine Le Pen 
 
    par Myriam Rivet 
    PARIS, 1er décembre (Reuters) - Les appels à la mobilisation 
contre le Front national se sont multipliés mardi, le président 
du Medef Pierre Gattaz joignant sa voix aux mises en garde de 
Manuel Valls, cinq jours avant le premier tour d'élections 
régionales où le parti d'extrême droite est donné gagnant dans 
deux régions par les sondages.  
    Le quotidien La Voix du Nord consacre, lui, pour la deuxième 
journée consécutive sa "Une" à un message d'opposition au parti 
de Marine Le Pen, la candidate locale la mieux placée.  
    "Ce que je souhaite, c'est que les Français se mobilisent, 
qu'ils aillent voter", a dit le Premier ministre sur Europe 1. 
"Qu'ils votent d'abord pour les formations républicaines et 
qu'ils fassent reculer le Front national." 
    Manuel Valls a également répété que la droite comme la 
gauche devraient au soir du premier tour prendre leurs 
responsabilités pour empêcher le FN de remporter une région.  
    Déterminé à faire barrage à l'extrême droite, il avait 
défendu le mois dernier l'hypothèse d'une coalition 
droite-gauche au second tour, une position fraîchement 
accueillie à la fois dans la majorité et l'opposition. 
  
    Les écologistes, qui ont presque partout refusé de s'allier 
à la gauche de gouvernement avant le premier tour, apparaissent 
également résolus à empêcher une victoire du FN.      
    "L'idée, c'est de tout faire pour empêcher une victoire du 
FN. On pourra se retirer ou aller dans une union de la gauche", 
a dit sur France Info Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale 
d'Europe Ecologie-Les Verts et tête de liste en Ile-de-France.   
    La question des alliances en vue des régionales a suscité de 
nombreux remous au sein de la formation écologiste au cours des 
derniers mois. La constitution dans certaines régions de listes 
communes avec le Parti de gauche a conduit certains cadres comme 
le sénateur Jean-Vincent Placé et les députés François de Rugy 
et Barbara Pompili à rendre leur carte.     
     
    "MENACE ÉCONOMIQUE" 
    Manuel Valls a également mis en garde contre "une menace 
économique", estimant que le FN "mettrait le pays par terre" et 
"ruinerait" les retraités, les ouvriers et les jeunes.  
    Les déclarations du Premier ministre font écho aux propos 
tenus par le président du Medef dans un entretien accordé au 
Parisien-Aujourd'hui en France.   
    "Je ne m'exprime pas sur la politique mais sur le programme 
économique du Front national", a précisé Pierre Gattaz, jugeant 
que le projet du FN dans ce domaine "n'est ni tourné vers 
l'avenir, ni vers la compétitivité" et n'est pas "responsable".  
    Dans un communiqué, le Front national a appelé Pierre Gattaz 
à "cesser les jets de pierre effectués à bonne distance" et à 
"venir débattre" avec les économistes du parti.    
    Dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où Marine Le Pen 
part favorite  , La Voix du Nord, après avoir titré 
lundi "Pourquoi une victoire du FN nous inquiète", fait sa "Une" 
mardi sur "Marine Le Pen et le FN ne sont pas ce qu'ils disent". 
    Dans une lettre ouverte adressée mardi au directeur général 
du groupe de presse, Marine Le Pen réitère ses accusations de 
"clientélisme" et de "connivence" à l'égard du quotidien 
nordiste, qui s'attache défend selon elle les subventions qu'il 
reçoit de la part de l'exécutif socialiste sortant.   
    Interrogé sur Europe 1 lundi, le rédacteur en chef de La 
Voix du Nord Jean-Michel Bretonnier avait précisé que son 
journal ne recevait "aucune subvention directe" de la région. 
    Dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, la présidente du Front 
national est donnée gagnante dans tous les sondages, très loin 
devant la liste de droite menée par Xavier Bertrand. 
    En Provence-Alpes-Côte d'Azur, la liste conduite par Marion 
Maréchal-Le Pen ressort en tête dans la quasi-totalité des 
sondages, avec une avance moins marquée sur la liste LR menée 
par le maire de Nice Christian Estrosi).     
 
 (Avec Jean-Baptiste Vey et Marine Pennetier, édité par Yves 
Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm le mardi 1 déc 2015 à 14:51

    Argumentaire du PS: Il faut faire bloc contre le FN parce que..... c'est le FN. C'est un peu court...

  • M4709037 le mardi 1 déc 2015 à 14:05

    le programme PS du gouvernement (chômage record..) plus crédible que celui du FN ?