France-Lang dénonce "l'immoralité" de nouveaux ministres

le
3
    PARIS, 15 février (Reuters) - L'ancien ministre socialiste 
Jack Lang a dénoncé lundi sur France Inter "l'immoralité" de 
nouveaux membres du gouvernement et visé nommément l'écologiste 
Emmanuelle Cosse, nommée jeudi lors d'un remaniement qui relève 
selon lui du "replâtrage". 
    Le président de l'Institut du Monde arabe, figure du double 
septennat de François Mitterrand (1981-1995), a ironisé sur la 
"French touch" en manière de formation de gouvernements. 
    "On a un génie particulier : en quelques heures, entre deux 
portes, on change un gouvernement", a-t-il dit. "En Allemagne on 
prend deux mois, ils sont sérieux, solides. Ici en France, tout 
à coup il y a un truc qui craque et puis on change deux ou trois 
têtes. D'où le sentiment d'un replâtrage." 
    Jack Lang a déploré une instabilité ministérielle qui s'est 
soldée par la succession de trois ministres de l'Education, 
trois ministres de la Culture et trois ministres du Logement en 
trois ans, incompatible avec la nécessité de réformes 
    Il a estimé que le remaniement de jeudi n'était pas 
nécessaire et qu'il aurait suffi "d'aménager à la marge" le 
gouvernement après la nomination du chef de la diplomatie 
Laurent Fabius à la présidence du Conseil constitutionnel 
    "Plus grave encore dans ce remaniement, c'est l'immoralité 
de certains personnages, qui hier étaient les contempteurs les 
plus durs du président de la République et du gouvernement (...) 
et aujourd'hui s'installent dans leurs fonctions comme si de 
rien n'était", a déclaré l'ancien ministre.  
    "Alors j'espère qu'au moins ils vont être solidaires", 
a-t-il poursuivi. "Il faut en effet que Mme Emmanuelle Cosse 
sache, comprenne qu'un gouvernement c'est une équipe et donc 
qu'elle tire dans le même sens." 
    L'ex-secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, qui 
s'est mise en retrait de son parti, est entrée au gouvernement 
avec deux autres écologistes, transfuges d'EELV, Barbara Pompili 
et Jean-Vincent Placé. Elle est ministre du Logement. 
    Jack Lang, qui fut ministre de la Culture s'est dit au 
passage "un peu" choqué que Fleur Pellerin, qui occupait cette 
fonction dans le gouvernement sortant, ait été "éjectée" sans 
préavis et informée de son sort "à la dernière minute". 
    "Les rapports humains, ça compte aussi, le respect des 
personnes, et je n'ai pas trouvé très correcte la façon dont 
elle a été éjectée", a souligné Jack Lang. 
 
 (Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 10 mois

    Sur l'immoralité, franchement Lang est un vrai cas d'école...avec les petits garçons du Maroc. Ceci dit, faisons abstraction de cette affaire qui normalement aurait valu 15 ans ferme......Par contre sur ce point de remaniement et de bricolage honteux...il a raison. mais ce n'est pas immoral, c'est seulement SCANDALEUX.

  • kurki il y a 10 mois

    Même si je trouve que Lang a eu un bilan désastreux, je l'approuve sur ce point : les diverses équipes de gouvernement de FH ont depuis 2012 été constituées de branquignols !

  • aerosp il y a 10 mois

    hollande est un géni