France-Lahoud (Gifas) inquiet pour le budget de la défense

le
0

PARIS, 8 janvier (Reuters) - Boucler le budget de la défense en France en 2015 sera encore plus difficile qu'en 2014 en l'absence de recettes exceptionnelles espérées, a souligné jeudi Marwan Lahoud, président du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas). Le gouvernement ne pourra pas compter cette année sur les recettes estimées à plus de deux milliards d'euros provenant de la vente de fréquences utilisées par la télévision numérique terrestre (TNT) aux opérateurs télécoms, leur attribution n'étant prévue qu'en décembre 2015. ID:nL6N0RX59L "Le costume est taillé au plus juste pour les armées et les capacités des industriels qui concourent à la défense. Si le costume devait être resserré, il arrivera un moment où les priorités changeront", a déclaré Marwan Mahoud, également numéro deux d'Airbus Group AIR.PA . "2015 paraît d'autant plus difficile que les inquiétudes qui s'étaient manifestées autour des recettes exceptionnelles sont aujourd'hui quasiment avérées", a-t-il ajouté lors de la conférence de presse de voeux du Gifas. Pour compenser cette absence de recettes, le gouvernement planche sur la création dès cet été de sociétés de projets, qui permettraient à l'armée de louer des matériels militaires au lieu de les acheter. ID:nL6N0RX59L "Un exemple qu'il faut regarder est celui des loueurs d'avions civils", a dit Marwan Lahoud, faisant référence aux avions loués par des compagnies aériennes à des sociétés spécialisées. "Au niveau d'Airbus Group, notre contribution au débat est d'expliquer comment marche un loueur et comment on trouve du capital pour un loueur", a-t-il expliqué. Le gouvernement espère tirer entre 2,3 et 2,4 milliards d'euros de ces sociétés de projet, qui devraient correspondre chacune à un équipement. L'avion de transport militaire A400M, le futur avion-ravitailleur d'Airbus, les frégates multimissions (Fremm) du constructeur naval DCNS et des hélicoptères de transport militaire NH90 pourraient ainsi chacun faire l'objet d'une société de projet. Marwan Lahoud est également resté prudent sur l'effet positif de la baisse de l'euro face au dollar pour les groupes d'aérospatiale et de défense, fortement exportateurs. "(Après) quelques semaines d'évolution favorable, on n'en est pas encore à effacer plusieurs années d'évolution défavorable", a-t-il dit. L'euro EUR= se traite jeudi à 1,17 dollar, au plus bas depuis neuf ans et de son niveau de lancement début janvier 1999. (Cyril Altmeyer, édité par Benjamin Mallet)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant