France-La popularité de Valls plonge, selon un sondage BVA

le
2
    PARIS, 28 mai (Reuters) - Le Premier ministre, Manuel Valls, 
en première ligne dans le bras de fer avec la CGT et Force 
ouvrière (FO) sur la loi Travail, plonge de six points dans un 
sondage BVA pour Orange et iTELE, à son plus mauvais niveau 
depuis son arrivée à Matignon. 
    Sur 1.348 personnes interrogées les 23 et 24 mai, seules 24% 
disent avoir une bonne opinion du Premier ministre, alors que 
son prédécesseur, Jean-Marc Ayrault, n'était jamais descendu 
sous la barre des 25%. 
    Seuls trois chefs de gouvernement de la Ve République sont 
descendus sous ce seuil et cela a toujours précédé de peu leur 
démission, rappelle Christelle Craplet, de BVA : la socialiste 
Edith Cresson, en mars 1992 (23%), le RPR Alain Juppé, en 
décembre 1996 (20%) et l'UMP Jean-Pierre Raffarin, en mai 2005 
(21%). 
    La cote de popularité du chef de l'Etat, François Hollande, 
reste stable mais très faible, à 19%. 
    Dans le classement des personnalités politiques, le maire de 
Bordeaux, Alain Juppé, candidat à l'investiture de la droite 
pour l'élection présidentielle de 2017, reste en tête, avec 46% 
de sondés qui souhaitent le voir jouer un rôle politique accru. 
    Il perd quatre points mais devance d'un point le ministre de 
l'Economie, Emmanuel Macron, qui a lancé samedi sa "Grande 
Marche", l'envoi de milliers de membres de son mouvement "En 
Marche" auprès des Français pour faire un diagnostic de l'Etat 
du pays et de ses aspirations.   
    Emmanuel Macron (45%) perd trois points par rapport à la 
précédente enquête. Auprès des seuls sympathisants de gauche, sa 
cote tombe à 37% (-4 points). 
    Auprès des seuls sympathisants de la droite et du centre, 
Alain Juppé rallie 69% d'avis favorables (-2 points), devant 
Emmanuel Macron (62%, -5 points). 
    L'ancien président Nicolas Sarkozy, probable principal rival 
du maire de Bordeaux pour la primaire de la droite et du centre, 
regagne huit points, à 44%, auprès des mêmes sympathisants. 
    Quand le périmètre se réduit au seuls sympathisants du parti 
Les Républicains, l'écart est beaucoup plus faible : 69% pour 
Alain Juppé (-7%) contre 63% pour Nicolas Sarkozy (+10 points) 
qui effectue une remontée spectaculaire dans son camp. 
 
 (Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nono67 le samedi 28 mai 2016 à 19:16

    Et demain , il y aura un autre sondage d'un autre organisme qui dira le contraire . Comme tous les instituts de " sondage " sont c.l et chemises avec les politiques de gauche ou de droite , ces sois disant " instantanées " de l'esprit des français n'est qu'une vaste fumisterie de manipulation de masse . Comme les éternels " experts " que l'on croise sur tous les plateaux depuis 20 ans ( cohen , touati , elkabach , duhamel etc )

  • frk987 le samedi 28 mai 2016 à 18:41

    Attendez la remontée des taux, si ça se produit en fin d'année la France de Manolo et du grand vizir est en faillite.