France-La polémique sur les "Gaulois" de Sarkozy rebondit

le
3
    * Les détracteurs de Sarkozy le comparent à Trump 
    * Bayrou dénonce une "obsession" des origines 
    * Un incident avec des opposants gabonais 
 
 (Avec déclarations complémentaires, contexte) 
    PARIS, 22 septembre (Reuters) - Le favori des sondages pour 
la primaire de la droite, Alain Juppé, a dénoncé jeudi la 
"nullité du débat" politique en France dans un tweet lapidaire 
dans lequel il évoque notamment les déclarations de son rival, 
Nicolas Sarkozy, sur les Gaulois. 
    "Nullité du débat politique que soulèvent certains à droite 
et à gauche : on débat des Gaulois !! Et si l'on parlait 
d'avenir ?" écrit le maire de Bordeaux. 
    L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a déclenché un feu 
roulant de critiques de la gauche et de ses concurrents à la 
primaire de la droite en proclamant lundi lors d'un meeting que 
"dès qu'on devient français, on devient gaulois".   
    Le député Les Républicains (LR) Thierry Solère, chargé de 
l'organisation de la primaire, a donné raison à Alain Juppé. 
    "Il a raison, il faut qu'on parle de l'avenir", a-t-il 
déclaré sur France Inter. "Alain Juppé a raison de dire que tout 
ça n'est pas le vrai sujet." 
    Thierry Solère a cependant dit que rien ne l'avait choqué 
dans les propos de Nicolas Sarkozy, contrairement à un ancien 
lieutenant de l'ex-chef de l'Etat à la tête de l'UMP, dont LR 
est l'héritier, le député Frédéric Lefebvre. 
    Cet ancien secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy a dénoncé 
sur RFI une "stratégie cynique" et comparé son ancien mentor à 
Donald Trump, le tonitruant et très contesté candidat 
républicain à la présidentielle américaine. 
    "Ce sont des mots qui sont censés nourrir une stratégie 
assez cynique de dérive identitaire, pour essayer, un peu comme 
le fait Trump (...), de rallier une partie de notre population 
qui est aujourd'hui exaspérée", a-t-il dit. 
    Il a aussi dénoncé les propos de Nicolas Sarkozy contre des 
opposants gabonais expulsés manu militari mercredi soir d'un 
meeting près de Lille, alors qu'ils lui reprochaient d'avoir 
favorisé l'accession d'Ali Bongo à la tête du Gabon. 
     
    "ÇA PUE" 
    "Ici c'est la France, c'est pas le Gabon, si vous voulez 
retourner au Gabon, allez-y ! (...) Ici on parle de la France", 
a lancé l'ex-chef de l'Etat à ces manifestants. 
    "Comment dire à de jeunes étudiants africains 'retournez en 
Afrique pour parler de l'Afrique ?'" a réagi Frédéric Lefebvre.  
    "Je ne veux pas laisser le débat public dériver dans des 
eaux troubles", a conclu le député LR, qui a décidé de déposer 
un recours contre la décision de l'instance chargée de valider 
les candidatures à la primaire à droite, qui ne l'a pas retenu. 
    Un autre candidat disqualifié, Hervé Mariton, a estimé sur 
RTL qu'il y avait "un "risque de démagogie". 
    Quant au président du MoDem, François Bayrou, qui soutient 
la candidature d'Alain Juppé, il a jugé sur LCI le débat 
politique "désespérant" et dénoncé une "obsession" des origines. 
    "C'est d'une stupidité crasse et c'est surtout complètement 
régressif. Il y a là, les médecins diraient, une névrose", 
a-t-il dit. "Nicolas Sarkozy sait très bien ce qu'il fait : il 
cherche des voix pour la primaire." 
    Lui aussi a évoqué un parallélisme avec Donald Trump. 
    Le président du groupe socialiste au Sénat, Didier 
Guillaume, a pour sa part estimé sur iTELE que Nicolas Sarkozy 
imprimait le "tempo" de la primaire à droite. 
    "La droite est tirée vers l'extrême droite (...) Quand j'ai 
entendu 'nos ancêtres les Gaulois, comme on dit chez moi, ça 
pue, ça pue la naphtaline, le rance, le renfermé (...) Il veut 
toucher les instincts les plus vils." 
 
 (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M363422 il y a 8 mois

    Quant à l’autre, qui veut être devant , cela signifie devancer les propositions les plus détestables du F.N et ce sans le moindre scrupule. Et à renier ses anciennes affirmations, sur le réchauffement climatique par exemple. Car il semble également influencé par un Trump qui lui aussi bat des records dans la démagogie."Nos ancêtres les gaulois"..c'est tellement stupide que cela ne mérite qu'un grand éclat de rire. Comment un ancien président de la république peut-il tomber aussi bas.

  • M1461628 il y a 8 mois

    Ce type devient indécent ....honte pour la France

  • M1461628 il y a 8 mois

    Plus de 80% des français ne veulent plus de ce sulfureux et pathétique personnage ....Alors votez le 20 et 27 novembre sinon....vous allez vous en vouloir pendant 5 ans