France-La nouvelle direction de l'ex-SNCM fustige la concurrence

le
0
    MARSEILLE, 9 janvier (Reuters) - La direction de la 
compagnie maritime MCM, qui a repris mardi les actifs de 
l'ex-SNCM, a fustigé samedi la création par deux anciens 
candidats à la reprise de cette dernière d'une ligne concurrente 
de transport de fret entre la Corse et le continent. 
    La Corsica Linea, conjointement créée par le consortium 
Corsica Maritima et l'armateur Daniel Berrebi, doit assurer 
trois rotations hebdomadaires entre Bastia et Marseille. 
    La direction de la MCM, nom provisoire de l'ex-SNCM, estime 
que cette nouvelle ligne ne répond à aucun "besoin économique" 
et résulte du "dépit des candidats recalés". 
    "Ils n'ont pas pu être les sauveurs de la SNCM, les voilà 
essayant d'en être les fossoyeurs", dit-elle dans un communiqué. 
    Le navire de la Corsica Linea, le Stena Carrier, est bloqué 
en rade de Marseille depuis mardi par des marins grévistes de la 
MCM et de la compagnie maritime La Méridionale, qui l'empêchent 
d'accoster. 
    L'arrivée du roulier battant pavillon danois avec un 
équipage européen de 22 hommes a suscité la colère des 
syndicats, qui dénoncent cette "ouverture de lignes régulières 
concurrentes" sous pavillon international. 
    Le tribunal de grande instance de Marseille a ordonné 
vendredi la levée du blocage du Stena Carrier, sous peine d'une 
astreinte de 30.000 euros par jour pour la CGT et son dirigeant 
local Frédéric Alpozzo. Ces derniers ont appelé à "respecter la 
décision" de justice et à lever le blocus. 
    Mais une nouvelle tentative d'accostage du navire a été 
repoussée samedi matin par une "action individuelle" de 
grévistes, qui ont voté la poursuite de leur mouvement au sein 
de la MCM et de la Méridionale.  
    Les deux compagnies assurent conjointement la délégation de 
service public entre la Corse et le continent. 
    La CGT s'est prononcé pour la mise en place d'un service 
minimum à l'aide de deux bateaux dans l'attente d'une rencontre 
avec le président de l'Office des transports de Corse (OTC). 
    "MCM appelle à la mise en oeuvre d'une table-ronde sous 
l'égide des nouveaux élus insulaires pour en débattre dans 
l'intérêt général du devenir de la desserte de la Corse", a 
également souhaité la direction de la nouvelle compagnie. 
    "Il faut sortir des logiques d'affrontements mortifères qui 
ne peuvent mener qu'à la destruction des emplois", dit-elle. 
    Son président, le transporteur corse Patrick Rocca, a appelé 
à la reprise du travail, soulignant qu'"apporter aux clients le 
service qu'ils attendent est la seule vraie façon de répondre à 
la concurrence". 
 
 (Jean-François Rosnoblet, édité par Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant