France-La Mutualité française évalue le coût du projet Fillon

le
1
    PARIS, 1er décembre (Reuters) - La fédération nationale de 
la Mutualité française (FNMF) évalue à 20 milliards d'euros le 
coût supplémentaires pour les ménages français de l'application 
du programme de François Fillon en matière de déremboursement de 
certains soins. 
    Le candidat de la droite propose de concentrer l'assurance 
maladie sur le remboursement des affections graves ou de longue 
durée et de laisser le reste à la charge des patients ou de 
leurs assurances complémentaires. 
    La FNMF se fonde sur un scénario selon lequel la Sécurité 
sociale couvrirait les dépenses hospitalières et celles qui 
relèvent du régime des affections de longue durée mais cesserait 
de rembourser les soins de ville ne relevant pas de ce régime. 
    Selon ses calculs, l'économie réalisée par la Sécurité 
sociale s'élèverait alors à 20 milliards d'euros par an. 
    "Cela permettrait, avec le retour à l'équilibre de la 
Sécurité sociale, une baisse de 15,6 milliards d'euros soit de 
la dette sociale (...) soit des prélèvements obligatoires", 
écrit la FNMF sur son site internet. 
    "Mais 20 milliards d'euros, c'est aussi la somme 
supplémentaire que les ménages ou leurs complémentaires santé 
devraient alors prendre à leur charge", ajoute-t-elle. 
    Elle estime que cela représenterait en moyenne un coût 
supplémentaire de 300 euros par personne et par an, soit 1.200 
euros pour un couple avec deux enfants. 
    Par ailleurs, la FNMF estime que les Français devraient 
avancer 2,7 milliards d'euros lors de leur consultation chez le 
médecin si le tiers payant généralisé, instauré par l'actuel 
gouvernement, était supprimé, comme le propose le parti Les 
Républicains de François Fillon. 
    En revanche, elle évalue à 42,4 milliards d'euros les 
dépenses de santé que les ménages n'auraient plus à financer 
directement ou via leur complémentaire santé si l'assurance 
maladie remboursait 100% des dépenses de santé, comme le propose 
le candidat de "la France insoumise", Jean-Luc Mélenchon. 
    Le financement de cette mesure nécessiterait cependant une 
augmentation de 638 euros par personne des prélèvements 
obligatoires, sauf à creuser le déficit de la Sécurité sociale à 
"un niveau jamais égalé", estime-t-elle. 
    La Mutualité française fédère 650 mutuelles, c'est-à-dire la 
quasi-totalité des mutuelles en France. 
 
 (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5723741 il y a 3 jours

    Tout est négociable sauf rester dans la situation actuelle qui fait la part belle au régime général et à la médecine publique dont l'efficacité coûte des dizaines de milliards aux contribuables.

Partenaires Taux