France-La moitié des lignes de train de nuit vouées à disparaître

le
0
    PARIS, 21 juillet (Reuters) - Quatre des huit lignes de 
train de nuit existantes en France seront interrompues le 1er 
octobre si aucun repreneur ne se manifeste d'ici là, a annoncé 
jeudi le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies.  
    L'Etat avait annoncé en février son intention de se retirer 
de six des huit lignes de train de nuit et avait invité de 
nouveaux opérateurs ferroviaires à se manifester pour proposer 
"de nouveaux schémas d'exploitation innovants".   
    Aucun candidat ne s'étant manifesté dans les délais 
impartis, le gouvernement a confirmé cette décision jeudi en 
précisant cependant dans un communiqué "reste(r) à l'écoute de 
toute offre de reprise" ou de proposition de financement de la 
part des régions. 
    Le service devrait donc s'interrompre le 1er octobre sur les 
liaisons nocturnes entre Paris et la Savoie, entre la capitale 
et Albi, ainsi que celles permettant de gagner Nice et Port-Bou 
(Espagne) depuis Strasbourg ou Luxembourg.  
    Deux autres lignes bénéficient d'un sursis, jusqu'au 1er 
juillet 2017 pour Paris-Tarbes-Hendaye et jusqu'au 1er octobre 
2017 pour Paris-Nice.  
    Comme annoncé en février par Alain Vidalies, faute d'offre 
alternative suffisante, la ligne reliant Paris à Briançon 
(Hautes-Alpes) et la ligne Paris/Rodez(Aveyron)/Latour-de-Carol 
(Pyrénées-Orientales) seront maintenues avec un aller-retour 
quotidien et verront leur matériel modernisé.  
    L'offre de nuit représente 25% du déficit de l'activité des 
trains d'équilibre du territoire (TET) alors qu'elle ne 
transporte que 3% des passagers.     
    Sa fréquentation a baissé de 25% depuis 2011 et chaque 
billet vendu nécessite plus de 100 euros de subventionnement 
public en moyenne, d'après le secrétariat d'Etat aux Transports. 
 
 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant