France-La loi Macron créerait 0,3% de croissance à cinq ans-OCDE

le
1

* Un impact total estimé à 4% du PIB au total * Une nouvelle loi Macron apporterait encore plus (Ajoute détails, citations) PARIS, 18 septembre (Reuters) - Cinq groupes de mesures quantifiables de la loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques devraient générer 0,3% de croissance supplémentaire en France à un horizon de cinq ans, estime l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE). L'OCDE estime cet impact à 0,4% de croissance à un horizon de dix ans, si elles sont résolument mises en oeuvre, selon un document d'évaluation remis vendredi au ministre de l'Economie, Emmanuel Macron. Ces résultats, souligne l'OCDE, s'ajoutent à ceux d'autres réformes entreprises depuis 2012 et dont l'impact a été estimé en octobre à 0,3 point de croissance par an sur cinq ans et près de 0,4 point sur dix ans. "On parle ici d'un ensemble de mesures qui pourrait ajouter 4% de PIB" au total, a dit le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, ajoutant attendre davantage, notamment de la réforme du code du travail ou de la loi "Macron 2" qui portera sur l'économie numérique. Emmanuel Macron a assuré pour sa part que le gouvernement poursuivrait ces réformes pour ne pas dépendre de ses voisins. "La croissance mondiale n'apportera pas la solution à nos problèmes (...) Dans ce contexte-là, nous devons continuer à réformer et à réformer avec force", a-t-il dit. SIMPLIFIER LE MARCHÉ DU TRAVAIL L'OCDE dit avoir quantifié l'effet de cinq blocs de mesures : réforme des professions réglementées (0,1% à cinq ans et 0,18% à dix ans) et ouverture des commerces le dimanche et en soirée (0,08% et 0,13%) devraient apporter le plus. Ont aussi été mesurés l'impact de la libéralisation du transport en autocars (0,05% et 0,07%), la simplification des plans de sauvegarde de l'emploi (0,02% et 0,05%) et la réforme du permis de conduire (0,01%). L'OCDE dit n'avoir pu quantifier l'impact d'autres mesures telles que celles visant à renforcer la concurrence dans le commerce de détail, à réformer les prud'hommes ou à stimuler l'épargne salariale et l'actionnariat salarié. "Cette évaluation ne prend pas en compte les complémentarités possibles entre différentes mesures de la loi et avec d'autres réformes qui ont été introduites simultanément (...) même si l'expérience des pays de l'OCDE ayant introduit des changements de politiques sur plusieurs front à la fois suggère qu'elles peuvent être importantes", souligne l'OCDE. Elle estime en outre que d'autres réformes annoncées ou en cours pourraient bénéficier à l'économie française : celles sur l'éducation, la formation professionnelle et le dialogue social, ou encore la loi santé et la réforme territoriale. "Au-delà de ces mesures, poursuivre les nécessaires réformes du marché du travail est essentiel, notamment en mettant en oeuvre de façon ambitieuse la volonté annoncée de simplifier le marché du travail", souligne l'organisation. Elle préconise notamment que cette réforme ouvre la voie à des évolutions salariales qui collent mieux à la productivité ou que soit mis en oeuvre l'encadrement des licenciements abusifs, au sujet duquel Emmanuel Macron a dit avoir l'intention de soumettre un texte au Premier ministre dans les jours à venir. (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le vendredi 18 sept 2015 à 18:01

    0.3% en 5 ans! Vraiment, il n'y a pas de quoi pavoiser!