France-La ligne du "ni-ni" de l'UMP est une "faute morale"-Valls

le
2

PARIS, 23 mars (Reuters) - La consigne du "ni-ni" (ni Front national, ni Front républicain) donnée par Nicolas Sarkozy en vue du second tour des élections départementales de dimanche prochain est une "faute morale", a estimé lundi le Premier ministre Manuel Valls. "Je regrette la position de Nicolas Sarkozy et de l'UMP, c'est une faute morale et c'est une faute politique", a-t-il déclaré sur RTL. "Quand on a à choisir entre un candidat républicain et le Front national, on n'hésite pas. La gauche, elle n'hésite pas". "Le ni-ni proposé par Nicolas Sarkozy est une faute qui ne règle aucun des problèmes auxquels l'UMP est désormais confrontée", a-t-il ajouté. L'UMP, alliée aux centristes de l'UDI, est arrivée en tête du premier tour des élections départementales, devant le Front national et le PS. Son président Nicolas Sarkozy a appelé dimanche à ne voter ni pour le FN ni pour la gauche dans les départements où les candidats UMP seraient éliminés. Manuel Valls, qui a régulièrement pris pour cible le Front national pendant la campagne, évoquant notamment sa "peur que la France se fracasse sur le FN", a lancé une nouvelle mise en garde lundi contre la formation de Marine Le Pen. "Je combats de toutes mes forces une formation, des candidats qui par dizaines ont tenu des propos racistes, antisémites, homophobes et sexistes et dont le programme représenterait la ruine pour mon pays", a-t-il dit. (Marine Pennetier, édité par Eric Faye)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.marti4 le lundi 23 mar 2015 à 10:14

    Hollande est le président... je crois... de tous les français. En revanche Valls est-il le 1er ministre de tous les français? Je crois que non, c'est le 1er ministre de la gauche. Il faut donc changer les institutions pour qu'il y ait un 1er de gauche et un 1er de droite.

  • jyth01 le lundi 23 mar 2015 à 09:27

    Voter pour le PS ou le FN, c'est dans les deux cas faire le choix d'une incompétence et d'une irresponsabilité grave pour le futur de nos enfants et petits enfants (le mal est déjà fait, mais peut être corrigé si l'on fait le choix du commerce et de la mondialisation dans le travail, avec moins de fonctionnaires)