France-La hausse des mises en chantiers reste solide

le , mis à jour le
0
    PARIS, 30 mai (Reuters) - Les mises en chantier de logements 
et les permis de construire ont de nouveau connu en avril en 
France une forte croissance en rythme annuel, atteignant malgré 
leur léger ralentissement des niveaux inédits depuis 2013, selon 
des statistiques publiées mardi par le gouvernement.  
    Sur un an, à fin avril, en données brutes, 391.500 logements 
avaient été commencés, soit une progression de 14,6% par rapport 
au cumul sur douze mois à fin mars et un plus haut depuis 
septembre 2013. 
    Les mises en chantier ont donc à peine décéléré après la 
hausse de 15,5% relevée sur les douze mois à fin mars par 
rapport aux douze mois précédents.  
    Par rapport aux chiffres diffusés fin avril par le service 
statistique du ministère de la Transition écologique et 
solidaire, le nombre de logements mis en chantier sur la période 
avril 2016-mars 2017 a été revu en baisse à 390.100, soit 3.300 
de moins qu'annoncé initialement.      
    L'évolution est comparable pour les permis de construire : 
sur un an à fin avril, le nombre cumulé de logements autorisés 
augmente de 13,5% en rythme annuel, après la progression de 
13,9% (révisée en baisse de 0,5 point par rapport à l'estimation 
initiale) à fin mars.     
    Sur la période mai 2016-avril 2017, le cumul des permis de 
construire a atteint son plus haut niveau depuis mai 2013, à 
465.400 autorisations, contre un total de 463.800 (chiffre revu 
en baisse de 1.400 unités) sur douze mois à fin mars.  
    Les mises en chantier et les permis de construire 
s'inscrivent également en hausse - mais moins marquée - sur les 
trois mois à fin avril par rapport aux trois mois précédents.  
    En données corrigées des variations saisonnières et des 
jours ouvrables, le nombre de logements commencés progresse 
globalement de 0,4% (avec une hausse de 3,4% dans l'individuel 
et un recul de 1,4% dans le collectif).  
    L'évolution est également contrastée selon le type de 
logements pour les permis de construire, dont la progression 
générale de 1,6% recouvre une baisse de 0,6% dans l'individuel 
et une augmentation de 3,2% dans le collectif. 
    Sur les trois mois à fin avril, le taux d'annulation des 
permis de construire reste supérieur à sa moyenne de long terme 
aussi bien pour les logements individuels (15,6% contre 14,3%) 
que dans le collectif (25,7% contre 20,5%). 
    Par rapport à la période janvier-mars, le délai moyen de 
mise en chantier est peu changé, à la fois pour les logements 
individuels, à 4,7 mois en moyenne (+0,1 mois) et pour les 
logements collectifs, à 8,7 mois (+0,1 mois). 
    Une étude publiée conjointement sur les chiffres de la 
commercialisation de logements fin décembre laisse augurer d'une 
poursuite de cette tendance favorable pour la construction, 
malgré un ralentissement, comme indiqué la semaine dernière par 
la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).   
    "Malgré un net repli par rapport au dernier trimestre 2016, 
particulièrement dynamique, les mises en vente et les 
réservations poursuivent leurs tendance à la hausse amorcée 
depuis fin 2014", souligne le ministère.      
        
 Les indicateurs français en temps réel           ECONFR  
 Les indicateurs de la zone euro en temps réel    ECONEZ  
 Le point sur la conjoncture française            ECO/FR  
     
 
 (Myriam Rivet, édité par Yann Le Guernigou) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux