France-La garde nationale portée à 84.000 personnes d'ici 2019

le
0
    PARIS, 3 août (Reuters) - L'objectif du gouvernement 
français est de porter les effectifs de la garde nationale 
officialisée par François Hollande à 84.000 personnes d'ici 
2019, a déclaré mercredi le ministre de l'Intérieur Bernard 
Cazeneuve. 
   La montée en puissance du dispositif sera "précise et 
cadencée" avec 40.000 personnes pour la Défense et 44.000 pour 
le ministère de l'Intérieur, a-t-il précisé à l'issue du Conseil 
des ministres. 
   Après l'attentat au camion de Nice, qui a fait 84 morts le 14 
juillet, le chef de l'Etat avait dit vouloir bâtir une garde 
nationale destinée à appuyer les forces de l'ordre face à la 
menace terroriste à partir des réserves opérationnelles 
existantes. 
   La mise en place "graduée" du dispositif "permettra à la 
garde nationale de prendre le relais des militaires de 
Sentinelle qui ne peuvent pas être mobilisés en permanence", a 
souligné Bernard Cazeneuve. 
   Environ 10.000 hommes participent actuellement à l'opération 
Sentinelle destinée à sécuriser des lieux du culte et bâtiments 
publics. 
   Parallèlement, Bernard Cazeneuve a assuré qu'un haut niveau 
de sécurité serait maintenu en août pour pouvoir assurer le 
déroulement de la cinquantaine de manifestations et festivités 
prévues. 
   Depuis l'attaque de Nice, de nombreuses festivités ont été 
cependant annulées en Ile-de-France et dans plusieurs villes de 
province. 
   A La Baule, dont la configuration du front de mer est 
"semblable à celle de Nice", le maire LR Yves Métaireau a annulé 
le feu d'artifice du 15 août pour ne "faire prendre aucun risque 
au public et à ses administrés". 
    A Marseille, qui avait déjà supprimé son feu d'artifice du 
15 juillet au lendemain de la tuerie de Nice, la mairie a 
annoncé l'annulation du meeting aérien de la patrouille de 
France le 13 août. 
    Bernard Cazeneuve a souligné que 4.000 gendarmes 
supplémentaires et 4.700 policiers réservistes seraient déployés 
en août pour sécuriser la plupart des manifestations de l'été. 
    "Une instruction extrêmement rigoureuse a été envoyée par 
mes soins aux préfets définissant les conditions de discussion 
avec les communes pour assurer le bon déroulement des 
manifestations avec un haut niveau de sécurité", a-t-il dit. 
    "Lorsque les conditions ne sont pas réunies pour assurer une 
sécurité maximale, les collectivités locales (...) peuvent 
ponctuellement prendre la décision de procéder à l'annulation 
des manifestations", a ajouté le ministre.     
 
 (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant