France-La filière foie gras craint un retour de la grippe aviaire

le
4
    PARIS, 14 novembre (Reuters) - L'apparition récente de cas 
de grippe aviaire dans des élevages de plusieurs pays d'Europe 
réveille de mauvais souvenirs chez les producteurs français de 
foie gras, qui ont dû procéder l'année dernière à l'abattage de 
milliers de palmipèdes. 
    Les éleveurs espèrent toutefois que les mesures prises pour 
endiguer l'épidémie qui s'est propagée à partir de novembre 2015 
à une large part du Sud-Ouest, coeur de la production française, 
vont permettre d'éviter une réédition de ce scénario noir. 
    Ces dernières semaines, l'Allemagne, la Suisse, l'Autriche, 
la Hongrie, la Pologne, les Pays-Bas, le Danemark et la Croatie 
ont signalé des cas d'influenza aviaire sur leur territoire. 
   
    "Quand j'ai entendu qu'il y avait de nouveaux cas en Europe, 
je me suis dit: ce n'est pas vrai, le cauchemar ne va pas 
recommencer", dit à Reuters Marie-Pierre Pé, déléguée générale 
du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (CIFOG). 
  
    "Tout le travail de sensibilisation est fait depuis le début 
de l'année. Maintenant, on n'est pas à l'abri que des oiseaux 
contaminent des élevages", ajoute-t-elle. 
    En 2015, les élevages ont subi en pleine période des fêtes 
les effets de la décision gouvernementale d'abattre tous les 
canards et oies dans une zone couvrant près de 20 départements 
et d'y interrompre la production pendant plusieurs mois. 
    Selon les producteurs de foie gras, ces mesures ont coûté 
500 millions d'euros à la filière - 270 millions d'euros de 
manque à gagner auxquels il faut ajouter les investissements 
dans les équipements sanitaires. 
    La chute de la production, de l'ordre de 25%, ainsi que les 
dépenses effectuées vont entraîner cette année une hausse 
d'environ 10% des prix du foie gras, selon Marie-Pierre Pé. 
    La France est pour l'heure épargnée par la nouvelle épidémie 
mais le gouvernement a pris des mesures de prévention pour 
éviter une transmission des oiseaux migrateurs aux volailles 
françaises. 
    Le Danemark a ordonné lundi à ses éleveurs de maintenir 
leurs palmipèdes à l'intérieur des élevages et l'Allemagne a 
fait savoir qu'elle réfléchissait à une mesure similaire. 
 
 (Sybille de La Hamaide, édité par Simon Carraud) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 3 semaines

    C'est pas grave, on mangera du caviar.

  • frk987 il y a 3 semaines

    Même pas Opelin, plus ça va moins c'est cher tellement on leur donne de la m à bouffer, je parle uniquement de la souffrance animale.

  • opelin il y a 3 semaines

    Franchement c'est comme le saumon fumé ... RAB. Ça va toucher qui ? une population aisée ?

  • frk987 il y a 3 semaines

    On les ferme quand ces camps de concentration pour canards et oies ?