France-La dette publique à de nouveaux sommets

le , mis à jour à 14:37
11

(Avec déclaration du ministère, réaction d'économiste) PARIS, 30 juin (Reuters) - La dette publique de la France a bondi de 51,6 milliards d'euros au premier trimestre pour monter à 97,5% du PIB, soit 1,9 point de plus que fin 2014, une hausse qui met à mal les objectifs de la trajectoire des finances publiques adoptée au printemps. Selon les données publiées mardi par l'Insee, la dette de la France s'élevait fin mars à 2.089,4 milliards d'euros et sa hausse du premier trimestre est la plus forte depuis les trois premiers mois de 2012. Rapportée au produit intérieur brut, elle se situe nettement au-dessus de l'objectif de 96,3% fixé pour cette année dans la dernière trajectoire des finances publiques publiée en avril. ID:nL5N0X5303 Celle-ci prévoyait que la dette publique atteindrait 96,3% du PIB fin 2015, après 95% en 2014, et culminerait à 97,0% en 2016 avant de revenir à 96,9% en 2017. Ce scénario a déjà été fragilisé par la nette révision à la hausse, à 95,6%, du solde de 2014, intervenue en mai. Mais pour le ministère des Finances, la forte augmentation de la dette au premier trimestre n'augure pas d'un dérapage en fin d'année. "Une telle hausse est fréquente en début d'année, d'autant que le volume d'émissions d'OAT (obligations de l'Etat français) est plus concentré sur les deux premiers trimestres", déclare-t-on au ministère. "Aussi, ce chiffre apporte peu d'information sur le niveau de la dette en fin d'année." Accentuant ce phénomène saisonnier, la faiblesse des taux d'intérêt a incité l'Agence France Trésor (AFT), qui gère la dette de l'Etat français, a accélérer son programme d'émissions depuis le début de l'année. Sur le premier trimestre, les émissions d'OAT à moyen/long terme ont atteint 57,5 milliards d'euros, près de cinq milliards de plus que sur la même période de 2014, un total à comparer à des amortissements limités à 15,4 milliards sur la période. "L'AFT a beaucoup émis en début d'année, c'est une bonne idée" au vu des taux particulièrement bas, souligne Dominique Barbet, économiste de BNP Paribas CIB. Il juge lui aussi que les chiffres de la dette du premier trimestre ne sont pas significatifs de la tendance de l'année au vu de la faiblesse des amortissements d'OAT, plus conséquents sur les autres trimestres. La seule dette de l'Etat a augmenté de 37,1 milliards d'euros au premier trimestre pour s'élever à 1.647,3 milliards. Outre la dette de l'Etat, la dette publique au sens de Maastricht inclut celles des administrations de sécurité sociale (232,6 milliards fin mars, soit +15,8 milliards), des administrations publiques locales (187,4 milliards, en retrait de 0,8 milliard) et des organismes divers d'administration centrale (22,1 milliards, soit -0,5 milliard). Détail de la statistique: http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=40&date=20150630 Les indicateurs français en temps réel ECONFR Les indicateurs de la zone euro en temps réel ECONEZ Le point sur la conjoncture française ECO/FR (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • FREDTOUZ le mardi 30 juin 2015 à 16:43

    Prochaine Grèce!

  • M7097610 le mardi 30 juin 2015 à 15:56

    dette doublée de 2002 à 2012.. on remet ça ? Allez, la Belgique est à 120 %

  • M5441845 le mardi 30 juin 2015 à 15:17

    Genre de nouvelle catastrophique qui passe presque inaperçu. On a pris 2% du rapport dette/PIB en un an alors que l'"alignement des planètes" était parfait, que "la reprise" était là et que sapin enregistre succès sur succès dans la "lutte contre la fraude fiscale". Résultats il manque 50 milliards dans les caisses en 3 mois... Au premier retournement de conjoncture on sera en 3 ans dans la situation de la Grèce...

  • melvyn1 le mardi 30 juin 2015 à 15:12

    et oui quant la france emprunte, c'est à des taux négatifs, ne l'oubliez pas

  • M2941863 le mardi 30 juin 2015 à 14:58

    Quelle évidence! puisque la France emprunte 2 fois par semaine... et c'est allégée de quelques 53 milliards pour donner à la Grèce qui fait maintenant un pied de nez... MDR mais pas de souci, grosmou va continuer à emprunter car bientot faudra tripler les allocs et notamment celle de rentrée scolaire...les vendeurs d'écrans plats se frottent les mains...MDR

  • mipolod le mardi 30 juin 2015 à 14:51

    ce pantin de flamb.y avait tout en main pour réussir : la majorité à l'assemblée, au sénat, un environnement économique intéressant avec la baisse des matières premières, baisses des taux d'intérêts, quantitative easing de la BCE, bref tous les atouts. Il lui fallait simplement engager des réformes économiques. Au lieu de ça, il a fait du sociétal et du socialisme de bas étage. Après 3 années de social.os, nous sommes encore plus dans la M;e.rde !

  • melvyn1 le mardi 30 juin 2015 à 14:45

    et puis , si tout le monde à de la dette......................on aura plus qu'à annuler les dettes !ceux qui seront vu : ceux qui n'ont pas de dettes.........................et cela l'allemagne l'à bien compris......

  • saggy le mardi 30 juin 2015 à 14:41

    non encore une info truquée pour faire mal à Hollande et sa clique de profiteurs

  • mucius le mardi 30 juin 2015 à 14:39

    (correctif) La dette pblique a augmenté de 1.9 points de PIB tandis que le PIB n'augmente que de 0.4 points. Il est clair qu'on consomme de la dette sans travailler sans produire dans ce pays de paresseux. A mon humble avis : ça peut pas durer. Les aides aux glandeurs et la fuite des productifs, il va falloir faire qqch...

  • mucius le mardi 30 juin 2015 à 14:37

    La dette pblique a augmenté de points de PIB tandis que le PIB n'augmente que de points. Il est clair qu'on consomme de la dette sans travailler sans produire dans ce pays de paresseux. A mon humble avis : ça peut pas durer. Les aides aux glandeurs et la fuite des productifs, il va falloir faire qqch...

Partenaires Taux