France-La défaite de Taubira sur le renseignement fait des vagues

le
4

PARIS, 15 avril (Reuters) - La gauche du PS a fustigé mercredi l'alliance entre la majorité du parti et la droite pour s'opposer à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, qui voulait exclure les services pénitentiaires de la communauté du renseignement. La garde des Sceaux comptait revenir mardi soir, lors du débat sur le projet de loi sur le renseignement présenté après les attentats de janvier, sur un amendement du rapporteur et président de la commission des Lois, Jean-Jacques Urvoas. Ce dernier prévoit d'intégrer le bureau du renseignement pénitentiaire -- qui dépend de Christiane Taubira -- dans la communauté du renseignement afin de pouvoir procéder à des écoutes ou bien encore des sonorisations de cellules. La ministre de la Justice s'opposait à ce dispositif, estimant que les gardiens de prison ne pouvaient se muer en enquêteurs et a déposé un contre-amendement. Elle a été lourdement désavouée, son amendement ayant été rejeté par 68 voix contre 38, celles des députés de l'opposition UMP et UDI (centriste) venus nombreux dans l'hémicycle mais aussi celles de 18 députés PS, sur les 48 présents. Parmi les députés PS qui ont voté contre son amendement figurent Pascal Popelin, porte-parole du groupe dans ce débat, Jean-Jacques Urvoas, ou bien encore Patrick Mennucci, rapporteur d'une commission d'enquête sur les filières djihadistes. Interrogé mercredi pour savoir si un nouveau vote sur l'amendement Taubira était prévu comme l'autorise le règlement de l'Assemblée, le président du groupe socialiste, Bruno Le Roux, a répondu par la négative. "Ce vote traduit la position défendue par notre groupe", a-t-il déclaré à Reuters. Une partie du PS, qui a appuyé Christiane Taubira avec les radicaux de gauche, les écologistes et le Front de gauche, a vivement réagi à ce vote. "Par un incroyable entêtement sécuritaire, une minorité de députés socialistes ont noué alliance avec les plus durs de l'UMP pour mettre en minorité le gouvernement, qui portait un amendement de gauche porté par notre ministre de la Justice", a dit dans un communiqué le socialiste Pouria Amirshahi. Selon lui, "offrir une telle victoire politique aux ultras de la droite qui, depuis trois ans, n'ont que l'obsession de 'se payer' Christiane Taubira est une faute inadmissible", a-t-il ajouté en référence au procès en laxisme instruit par la droite contre la ministre de la Justice. L'examen par les députés du projet de loi sur le renseignement doit s'achever jeudi soir, l'Assemblée devant se prononcer le 4 mai par un vote solennel sur l'ensemble du texte. Ce texte, critiqué par les défenseurs des libertés individuelles, vise notamment à légaliser les pratiques clandestines des services de renseignement. ID:nL5N0XA2WV (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le lundi 27 avr 2015 à 19:18

    raich2 : normal, elle n'a AUCUN cursus pour etre a la justice !!

  • raich2 le mercredi 15 avr 2015 à 17:00

    Elle marche à côté des pompes, mais elle n'avance pas aussi vite. cette personne n'est pas à sa place à la justice

  • M3435004 le mercredi 15 avr 2015 à 16:54

    Le peuple Français désavoue lourdement Madame T, sur tous les sujets. Et se souviendra d'elle comme une calamité.

  • miez1804 le mercredi 15 avr 2015 à 16:52

    a dit dans un communiqué le socialiste Pouria Amirshahi. Encore un FdS!