France-La croissance devrait ralentir au 2e trimestre

le
1
 (Actualisé avec commentaires d'économistes) 
    PARIS, 10 mai (Reuters) - Le rythme de croissance de 
l'économie française devrait ralentir au deuxième trimestre 
après son début d'année très dynamique même si les industriels 
maintiennent leurs prévisions de nette hausse des 
investissements cette année, selon une série de données publiées 
mardi. 
    La Banque de France a déclaré tabler sur une hausse de 0,3% 
du PIB pour la période avril-juin dans sa première estimation 
fondée sur son enquête mensuelle de conjoncture d'avril, en 
retrait par rapport à celle de 0,5%   du premier 
trimestre.   
    Les chefs d'entreprise interrogés par l'Insee voient pour 
leur part une hausse de 7% de leurs investissements cette année, 
un niveau inchangé par rapport à leurs anticipations de l'hiver 
 . 
    Mais l'institut a fait état aussi d'un recul de 0,3% de la 
production industrielle en mars  , là où les 
économistes attendaient une hausse de 0,5%, ce qui pourrait 
selon eux se traduire par une révision à la baisse du PIB des 
trois premiers mois de l'année. 
    "Il n'est pas impossible que la croissance du premier 
trimestre soit légèrement revue en baisse à la lumière des 
chiffres de la production industrielle", estime Hélène Bauchon 
(BNP Paribas). 
    François Cabau (Barclays) juge pour sa part que les chiffres 
publiés laissent présager une croissance du premier trimestre 
qui serait ramenée à 0,4%. 
    La baisse de la production industrielle en mars a touché la 
quasi totalité des secteurs à l'exception de celui de l'énergie 
et la ramène à son plus bas niveau depuis juillet dernier. 
L'acquis de croissance de cet indicateur pour le deuxième 
trimestre est aujourd'hui négatif de 0,6%. 
    "On s'attend à un contrecoup sur la croissance au deuxième 
trimestre après les bons chiffres de début d'année qui ont été 
dopés par une forte hausse de la consommation des ménages. Les 
prévisions de la Banque de France vont dans ce sens", estime 
Hélène Baudchon. 
    "On ne voit pas de décélération au-delà de ce contrecoup 
mais pas d'accélération non plus", ajoute-t-elle. 
    Elle souligne sur ce point que l'indicateur du climat des 
affaires de l'Insee   est relativement stable, juste 
au-dessus de sa moyenne de long terme depuis le début de 
l'année, dans une zone cohérente avec une croissance de 0,3% à 
0,4% par trimestre. 
    Dans ce contexte, les prévisions sur l'investissement dans 
l'industrie, maintenues à +7%, sont positives. 
    Alors que le commerce extérieur de la France est toujours à 
la peine, "ils montrent que, avec la consommation, 
l'investissement des entreprises devrait rester le principal 
moteur de la croissance cette année", dit l'économiste de BNP 
Paribas. 
 
            
    Enquête complète sur le site de la Banque de France : 
https://www.banque-france.fr/economie-et-statistiques/conjoncture-et-croissance/enquetes-de-conjoncture.html 
     
    Les indicateurs français en temps réel         ECONFR  
    Les indicateurs de la zone euro en temps réel  ECONEZ  
    Le point sur la conjoncture française          ECO/FR  
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • renard il y a 7 mois

    Ca va sans le dire, mais "ca va mieux" en le disant...