France-La confiance des ménages, bon signal pour l'économie

le
1

* Les ménages pourraient préférer la consommation à l'épargne * La confiance doit s'améliorer pour une vraie reprise économique (Actualisé avec économistes et éléments supplémentaires) PARIS, 25 février (Reuters) - Le regain de confiance des ménages français en février est de bon augure pour la consommation et l'accélération de la croissance économique, estiment mercredi des économistes. L'indicateur synthétisant cette confiance a augmenté de 2 points pour atteindre son plus haut niveau depuis mai 2012, a annoncé l'Insee mercredi. A 92, il est légèrement supérieur au consensus des économistes (91) mais reste sous sa moyenne de longue période (100) comme c'est le cas depuis octobre 2007. "C'est une nouvelle rassurante après les enquêtes mitigées sur les entreprises ces derniers jours", estime Dominique Barbet, économiste chez BNP Paribas CIB. "On peut s'attendre à ce que les enquêtes sur les entreprises s'améliorent dans les prochains mois et à ce que l'économie redémarre après trois ans de stagnation." Selon Michel Martinez, économiste zone euro chez Société générale, "c'est effectivement un bon signe". Toute la question, souligne-t-il, est de savoir ce que les ménages feront du gain de pouvoir d'achat engendré par la baisse des prix des carburants, l'arbitrage au bénéfice de la consommation étant un facteur d'amélioration de la croissance. Cependant, souligne-t-il, pour avoir une accélération de la croissance aussi importante qu'espéré par le gouvernement l'an prochain, la confiance doit encore nettement s'améliorer. "Pour avoir 1,7% de croissance en 2016, il faut que la confiance remonte à 100 ou pas loin. Il faut que les ménages se disent 'ça va mieux donc je vais plus consommer'", dit-il. Les chiffres de la consommation des ménages en biens pour le mois de janvier seront publiés vendredi matin. LA CONSOMMATION PRÉFÉRÉE À L'ÉPARGNE ? En février, l'opinion des ménages sur leur situation financière personnelle passée et celle sur leur situation financière future se sont améliorées chacune de 2 points, les deux soldes restant sous leur moyenne de longue période. Surtout, davantage de ménages considèrent comme opportun de faire des achats importants. En hausse de 3 points, ce solde atteint son niveau le plus élevé depuis octobre 2007 et retrouve quasiment sa moyenne de longue période. La proportion de ménages estimant qu'il est opportun d'épargner diminue à nouveau en février, reculant de 2 points, après une chute de 10 points le mois précédent. "C'est très positif pour la consommation", ajoute Dominique Barbet, en soulignant qu'une hausse de cette dernière est nécessaire pour un redémarrage de l'économie. "La hausse de la demande finale est une condition de la hausse de l'investissement", souligne-t-il. L'opinion des ménages sur le niveau de vie passé en France a progressé de 5 points en février, après trois mois de stagnation, et l'opinion sur le niveau de vie futur a gagné 4 points. En hausse pour le quatrième mois consécutif, ce solde atteint son plus haut niveau depuis juin 2012. Un peu moins de ménages considèrent que le chômage va augmenter (-2 points, après -4 points en janvier). Ce solde reste cependant très au-dessus de sa moyenne de long terme. Les ménages sont quasiment aussi nombreux à anticiper une augmentation des prix, le solde augmentant d'un point, après une baisse de 15 points depuis octobre. L'enquête sur le site de l'Insee: http://bit.ly/18jXs8N Les indicateurs français en temps réel ECONFR Les indicateurs de la zone euro en temps réel ECONEZ Le point sur la conjoncture française ECO/FR (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M107412 le mercredi 25 fév 2015 à 11:51

    Après les attentats cela ne peut aller que mieux. Lorsque l eau se retire le bateau ne flotte plus.