France-La Commission voit le déficit augmenter en 2015

le
1

* La Commission européenne moins optimiste que le gouvernement * Le chômage ne baisserait que légèrement, en 2016 * Elle a pris en compte environ 19 milliards d'économies en 2015 (Actualisé avec nouveaux éléments) BRUXELLES, 4 novembre (Reuters) - La Commission européenne prévoit une légère hausse du déficit public de la France l'an prochain, alors que le gouvernement prévoit une légère baisse, avec une croissance économique plus faible qu'espéré par Paris, dans ses prévisions publiées mardi. Selon la Commission, le déficit public de la France atteindra 4,4% du PIB fin 2014 et 4,5% fin 2015. Sans mesures supplémentaires, le déficit progresserait encore en 2016, à 4,7%, loin des 3% dont le respect était prévu en 2015. Le gouvernement français prévoit quant à lui de réduire le déficit public à 4,3% du PIB l'an prochain, puis 3,8% fin 2016. L'exécutif européen précise qu'il a pris en compte environ 19 des 21 milliards d'euros d'économies annoncées pour l'an prochain par le gouvernement car "certaines de ces mesures, représentant près de 2 milliards d'euros, restent insuffisamment détaillées pour être prises en compte dans la prévision". Elle ajoute que les modifications présentées par le gouvernement français fin octobre, qui visent à réduire le déficit de 3,6 à 3,7 milliards d'euros de plus que prévu auparavant, n'ont pas pu être prises en compte, du fait du manque de détail au moment où les prévisions ont été arrêtées. ID:nL5N0SM4DJ Selon la Commission, la croissance économique en France sera de 0,3% cette année, 0,7% l'an prochain et 1,5% en 2016. Le gouvernement prévoit quant à lui une plus forte accélération, à 1,0% l'an prochain et 1,7% en 2016, après 0,4% cette année. La dette publique atteindrait 95,5% du PIB fin 2014, 98,1% fin 2015 et 99,8% fin 2016, poursuit la Commission, des niveaux supérieures à ceux attendus par la France (97,2% fin 2015 puis 98,0% fin 2016, après 95,3% fin 2014). Selon la Commission, le chômage se stabiliserait l'an prochain en France, à 10,4% de la population active, soit le même niveau que cette année, avant de baisser à 10,2% en 2016. (Bureau de Bruxelles et Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nono67 le mardi 4 nov 2014 à 12:17

    Et la commission n'a pas pris en compte les 45000 emplois aidés votes hier à l'assemblée pour le coût modique de 480 millions d'euros . Du délire absolu !!! Ils continuent de dépenser l'argent des contribuables pour arriver à stabiliser le chômage avant 2017. Et il va encore falloir se taper les circonvolutions de sapin nous expliquant que cela se fera par redistribution de crédit non engagés blablabla . Il faut arrêter le massacre et dissoudre d'urgence cette assemblée

Partenaires Taux