France-La CGT dénonce les accusations de Manuel Valls

le
0
    PARIS, 15 juin (Reuters) - La CGT a jugé "inacceptables" 
mercredi les déclarations de Manuel Valls, qui a accusé le 
syndicat d'avoir eu mardi une "attitude ambiguë" vis-à-vis des 
casseurs pendant la manifestation contre le projet de loi 
Travail.   
    "Menacer d'interdire les manifestations est le signe d'un 
gouvernement aux abois", écrit dans un communiqué la centrale 
syndicale, à la pointe du mouvement contre ce projet de loi. 
    Le Premier ministre a menacé d'interdire au cas par cas les 
manifestations à Paris s'il y a un risque qu'elles dégénèrent. 
Il a demandé à la CGT de ne plus en organiser dans la capitale 
si elle n'était pas capable d'assurer leur bon déroulement. 
    La CGT nie dans un communiqué être responsable en quoi que 
ce soit des violences de mardi et rappelle qu'elle n'était pas 
la seule organisatrice de cette manifestation mais faisait 
partie d'une intersyndicale réunissant sept organisations. 
    "Le Premier ministre ne peut ignorer qu'il incombe aux 
pouvoirs publics, dont il a la première responsabilité, 
d'assurer la sécurité et la maintien de l'ordre", écrit-elle. 
    La CGT loue "le sang-froid et la maîtrise" de son service 
d'ordre. Elle fait valoir que les organisateurs du défilé 
parisien ont "fait le choix de ne pas aller jusqu'au bout du 
parcours prévu" pour ne pas exposer les participants à la 
violence et aux incidents "générés par des éléments extérieurs". 
    "Plutôt que de faire l'inventaire tendancieux d'éléments à 
charge contre la CGT, Manuel Valls ferait bien mieux d'entendre 
la majorité des salariés, des jeunes et plus largement des 
citoyens, qui rejettent ce projet de dumping social et de 
destruction de notre modèle de société", ajoute le syndicat. 
 
 (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant