France-"L'union n'est pas la soumission", prévient Fillon

le
0

PARIS, 29 novembre (Reuters) - François Fillon, désormais rival de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2017, a assuré samedi qu'il ne se soumettrait pas à celui qui a été élu président de l'UMP et continuerait à faire entendre sa "différence". L'ancien Premier ministre, qui avait échoué il y a deux ans à prendre la tête de l'UMP face à Jean-François Copé au terme d'un scrutin très contesté, fourbit depuis de longs mois ses armes en vue de la primaire de 2016 à droite. Il a déjà averti qu'en l'absence de primaire à droite, il se présenterait à la présidentielle même s'il n'était pas le candidat de l'UMP, dont Nicolas Sarkozy entend à nouveau faire un marchepied vers l'Elysée. Après l'annonce de la victoire de l'ancien chef de l'Etat, avec 64,5% des voix au premier tour, François Fillon a félicité dans un bref communiqué "le nouveau président" de sa formation politique, sans citer son nom. "Je prends acte du choix des adhérents et j'invite au respect de toutes les opinions exprimées lors de cette élection", y ajoute-t-il, avant d'adopter un ton plus offensif. "L'avenir de l'UMP dépendra de notre capacité à nous réinventer par le débat et à assumer nos sensibilités avec tolérance. L'union n'est pas soumission. Un grand parti moderne accepte la différence." (Gregory Blachier, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant