France-L'UMP n'arrive pas à endiguer le FN, admet Juppé

le
5

BORDEAUX, 12 février (Reuters) - L'UMP ne parvient pas à endiguer le Front national, admet le maire de Bordeaux Alain Juppé, principal rival de l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy pour porter les couleurs de la droite française lors de l'élection présidentielle de 2017. Dans une interview à paraître vendredi dans Sud-Ouest, l'ancien Premier ministre se dit de nouveau inquiet de la montée du parti d'extrême-droite présidé par Marine Le Pen. "Nous n'arrivons pas à endiguer ce flux du FN", déclare-t-il. "J'étais très heureux d'entendre, lundi matin, Bruno Le Maire dire que le combat prioritaire était celui contre le FN. S'il l'avait dit dimanche, ça aurait été encore mieux." Il fait allusion au refus de l'UMP, dont Bruno Le Maire a brigué en vain la présidence reconquise par Nicolas Sarkozy, d'appeler à voter pour le candidat PS contre celui du FN au second tour de l'élection législative partielle du Doubs, finalement remportée de justesse dimanche par le socialiste. Pour Alain Juppé, le débat entre les deux grandes tendances qui coexistent à l'UMP, l'une allant "plus vers la droite", l'autre vers le "rassemblement", n'a toujours pas été tranché. Il se place pour sa part clairement dans la seconde catégorie et mise sur un rapprochement avec le centre pour remporter la primaire à droite et conquérir l'Elysée en 2017. "Si l'UMP s'enferme entre le FN et un centre à qui elle refuse d'ouvrir la porte, elle est vouée à être réduite à une peau de chagrin", déclare le maire de Bordeaux. "Je ne pars pas du tout dans l'idée que je serai minoritaire au sein de l'électorat de l'UMP", ajoute Alain Juppé, qui pense cependant que sa victoire à la primaire passe par une mobilisation des électeurs au-delà de la droite. "Il s'agira de rassembler le plus largement possible. S'il y a 500.000 votants, Nicolas Sarkozy aura toutes ses chances, s'il y en a trois millions, j'aurai toutes mes chances." (Claude Canellas, édité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mipolod le vendredi 13 fév 2015 à 08:42

    Pourquoi l'UMP ne proposerait-elle pas un rapprochement avec le FN si celui-ci venait à modérer son discours ? Rien de choquant à tout cela ! Le ps l'avait bien fait avec les communistes dans les années 70 et maintenant avec les écolos.

  • M2266292 le vendredi 13 fév 2015 à 07:34

    Comment endiguer le FN soutenu par les socialos????

  • jean-648 le vendredi 13 fév 2015 à 07:15

    Son analyse est juste, et il n'est pas aveugle lorsqu'il observe notre société. Suivre Sarko c'est la certitude de perdre, de faire imploser l'UMP et de protéger un chef qui est plutôt un bon magouilleur qu'un chef de parti.

  • LeRaleur le jeudi 12 fév 2015 à 23:56

    Pauvre Juppé, surtout en confirmant le sigle U.M.P.S.

  • 2445joye le jeudi 12 fév 2015 à 22:54

    UMP/PS ! Marine avait vu juste.