France-L'UMP émet des doutes sur le vote sur la Palestine

le
1

PARIS, 18 novembre (Reuters) - Le groupe UMP de l'Assemblée nationale devrait refuser de participer au vote sur la reconnaissance de la Palestine le 28 novembre prochain, estimant que les députés ne peuvent donner une injonction au gouvernement français. Le groupe socialiste devrait se prononcer mercredi et déposer dans la foulée sa proposition de résolution visant à reconnaître la Palestine en tant qu'Etat. Sous réserve du feu vert du gouvernement, cette proposition de résolution, ainsi que celles déposées par le groupe Front de gauche et le groupe écologiste, devraient être examinées le vendredi 28 novembre en séance publique par les députés. Mais l'UMP se pose des questions sur la conformité de ces démarches à la Constitution. Les assemblées peuvent voter des résolutions mais elles sont "irrecevables et ne peuvent être inscrites à l'ordre du jour" si le gouvernement "estime que leur adoption ou leur rejet serait de nature à mettre en cause sa responsabilité ou qu'elles contiennent des injonctions à son égard", dit le texte. "Cette résolution affaiblit la parole présidentielle puisque c'est le président de la République qui est le chef de la diplomatie et le chef des armées et c'est à lui de dire clairement s'il est favorable à la reconnaissance de l'Etat palestinien ou s'il ne l'est pas", a dit le président du groupe UMP à l'Assemblée, Christian Jacob. "Mais il ne peut pas se servir du groupe socialiste pour prendre une position que lui semble incapable de prendre." Pour le "patron" des députés UMP, "la position constante" de la France est que la reconnaissance et la coexistence de deux Etats est l'aboutissement du processus de paix. Or là, la résolution vise à faire l'inverse." Christian Jacob a annoncé que son groupe allait débattre de sa participation au vote la semaine prochaine. "On est plutôt pour l'instant sur une ligne de non participation au débat", a-t-il conclu. Si le gouvernement juge la proposition de résolution recevable, elle a de grandes chances d'être votée par les députés, la quasi totalité des députés de gauche y étant favorables, de même que plusieurs élus de droite. Le président du groupe UDI, Philippe Vigier, a annoncé mardi que ses députés arrêteraient leur position mardi prochain. (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • odnaz le mardi 18 nov 2014 à 15:23

    L'UMP trouve toujours des raisons de se défausser, c'est lamentable, tous à l'exemple de leur leader minimo qu'on a vu en direct se défausser sur la loi Taubira. Veulent pas se mouiller sur la reconnaissance d'un état palestinien, sujet trop à risque. Quand on veut diriger il faut afficher sa vision des choses et faire face à ses responsabilités.