France-L'opposition s'attend à un nouveau 49-3 sur la loi Travail

le
0
    PARIS, 31 mai (Reuters) - Les groupes d'opposition à 
l'Assemblée nationale s'attendent à ce que le gouvernement, pour 
des raisons politiques et de calendrier, passe de nouveau en 
force lors de la seconde lecture de la loi Travail par les 
députés en juillet prochain. 
    Le Sénat entame à partir du 13 juin l'examen en séance 
publique du projet de loi et la droite, qui y est majoritaire, a 
déjà annoncé qu'elle allait l'examiner jusqu'au 24 juin en la 
réécrivant totalement, avec un vote solennel le 28 juin. 
    Le texte reviendra en séance à l'Assemblée au plus tôt le 5 
ou le 6 juillet, lors de la session extraordinaire qui 
s'arrêtera impérativement le 22 juillet. 
    Or, comme l'a souligné mardi Philippe Vigier, le président 
du groupe UDI (centriste), il faut s'attendre, comme pour la 
première lecture, au dépôt de quelque 5.000 amendements. 
    "Il est impossible d'examiner ces amendements en quelques 
jours et le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le 
Parlement (Jean-Marie Le Guen) m'a confirmé ce matin qu'il 
n'était pas question d'aller au-delà du 22 juillet", a-t-il dit. 
    "Ce qui veut dire que le gouvernement a déjà décidé qu'il 
n'y aurait pas de débat, qu'il allait passer en force" en 
utilisant à nouveau le 49-3, a expliqué Philippe Vigier. 
    Le président du groupe Les Républicains (LR), Christian 
Jacob, a rappelé que si le gouvernement utilisait à nouveau le 
49-3, l'opposition LR-UDI déposerait une motion de censure. 
    Le groupe LR est divisé pour savoir s'il faut voter ou non 
une motion de censure de gauche qui pourrait être déposé si 58 
députés la signent. Les proches de Nicolas Sarkzoy y semblent 
plutôt favorables alors que les autres candidats à la primaire 
de la droite, comme Alain Juppé, y sont hostiles. 
 
 (Emile Picy, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant