France-L'OFCE voit des marges de croissance pour 2016 et 2017

le
2
    * L'OFCE anticipe 1,6% de croissance en 2016 comme en 2017 
    * Le taux de chômage diminuerait à 9,7% cette année et 9,5% 
en 2017 
    * Etude publiée à la veille de la présentation du programme 
de stabilité 
 
    PARIS, 11 avril (Reuters) - L'économie française devrait 
afficher une croissance de 1,6% cette année et l'an prochain, 
selon l'Observatoire français des conjonctures économiques 
(OFCE) qui estime que la France entame son lent rétablissement 
post-crise et se montre plus optimiste que le gouvernement, qui 
attend 1,5% en 2016 comme en 2017.  
    Dans ses perspectives publiées mardi, l'institut de 
recherches économiques lié à Sciences-Po Paris souligne qu'après 
une année 2015 marquée par une remontée de l'épargne des 
ménages, un redressement des marges des entreprises et une 
réduction du déficit des administrations publiques, ces 
différents acteurs "abordent ainsi l'année 2016 avec de 
nouvelles marges de manoeuvre" qui "pourront soutenir la 
consommation, l'investissement et l'emploi". 
    D'autant plus que, malgré le ralentissement des pays 
émergents et le risque de Brexit, avec l'éventualité d'une 
sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, l'OFCE évoque des 
"conditions meilleures que par le passé", dans une conjoncture 
qui reste porteuse avec la combinaison de la faiblesse des cours 
du pétrole, de l'euro et des taux d'intérêt. 
    La progression du produit intérieur brut (PIB) de la France, 
dynamique en début d'année (+0,5% aux premier et deuxième 
trimestres) devrait notamment être alimentée par un net rebond 
de la consommation des ménages au premier semestre après une fin 
d'année pénalisée par les retombées des attentats de novembre à 
Paris et Saint-Denis et une météo relativement clémente.  
     
    ENGAGEMENTS EUROPÉENS RESPECTÉS 
    A partir du troisième trimestre de cette année, l'OFCE 
prévoit un rythme de croissance de 0,4% par trimestre. 
    Au cours de l'année 2016, l'institut prévoit une poursuite 
du redressement de l'investissement des entreprises (+3%, après 
+2% l'an dernier) et la création de 230.000 emplois, avec un 
taux de chômage revenant à 9,5 % en fin d'année, "soit une 
baisse de 0,5 point, dont 0,15 dû à la mise en place du plan de 
500.000 formations" de demandeurs d'emploi annoncé par le 
gouvernement.  
    Pour l'an prochain, les économistes de l'OFCE anticipent une 
croissance française légèrement supérieure à son potentiel, à 
1,6% contre 1,3%, notamment marquée par une reprise de 
l'investissement des ménages, en hausse de 2,7%. 
    La création de 165.000 emplois, combinée au retour 
progressif sur le marché du travail des personnes ayant 
bénéficié du plan formation "permettrait tout juste de 
stabiliser le taux de chômage à 9,5% en 2017", relèvent-ils. 
    Le déficit public s'établirait quant à lui à 3,1% du PIB 
cette année et 2,7% en 2017, la France repassant ainsi sous le 
seuil des 3% conformément aux engagements pris à l'égard de 
Bruxelles. 
    "Si l'on reste encore loin d'une croissance vigoureuse et du 
niveau de chômage d'avant-crise, la France semble cependant 
entamer sa lente convalescence, notamment par le redressement du 
pouvoir d'achat des ménages, la baisse du chômage, 
l'amélioration de la compétitivité des entreprises et la 
réduction du déficit public", concluent les économistes de 
l'OFCE.    
    Le ministre des Finances Michel Sapin et le secrétaire 
d'Etat au Budget Christian Eckert doivent présenter mercredi le 
programme de stabilité de la France, qui résume les prévisions 
du gouvernement pour la trajectoire des finances publiques au 
cours des prochaines années. 
    Alors que la Commission européenne et l'Organisation de 
coopération de développement économiques (OCDE) ont revu en 
baisse leurs prévisions de croissance 2016 pour la France, 
Michel Sapin a confirmé à plusieurs reprises l'objectif 
gouvernemental d'une progression de 1,5% du PIB cette année.   
         
    Les indicateurs français en temps réel         ECONFR  
    Les indicateurs de la zone euro en temps réel  ECONEZ  
    Le point sur la conjoncture française          ECO/FR      
 
 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 8 mois

    Le gouvernement à déjà tout dépensé de l'amélioration future! de notre économie : pas très bon pour une fin de mandat.

  • M8252219 il y a 8 mois

    Pour dégager des financements à l'investissement et à l'augmentation des salaires nets IL FAUT CRÉER LA TVA SOCIALE. Tous les français et d'autres bénéficient du système social à la française , certains même en profitent TOUS doivent participer à sont financement et le plus simple pour que tous y participent est la TVA. Ce sont actuellement les salariés et les entreprises qui sont essorées, rincées , étranglées .