France-L'objectif de croissance 2016 de 1,5% reste atteignable-HCFP

le
0
 (Actualisé avec éléments complémentaires) 
    PARIS, 13 avril (Reuters) - L'objectif de croissance de 1,5% 
que s'est fixé le gouvernement pour 2016 reste atteignable 
estime mercredi le Haut conseil des finances publiques (HCFP) 
qui est plus critique sur l'ajustement des finances publiques 
prévu dans le cadre du projet de programme de stabilité pour la 
période 2016-2017.  
    Les projections de croissance du gouvernement sont 
inchangées par rapport au projet de loi de Finances pour 2016 en 
ce qui concerne l'année en cours (+1,5%) et par rapport à celles 
d'avril 2015 en ce qui concerne les années 2017-2018 (+1,5% et 
1,75%), indique le HCFP dans un avis rendu sur les prévisions 
macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité 
présenté mercredi par le gouvernement.   
    "S'agissant de 2016, la prévision de croissance du 
gouvernement, tout en se situant en haut de la fourchette des 
prévisions économiques, est encore atteignable", écrit le HCFP 
dans son avis. 
    Il juge également "plausible" le scénario de croissance pour 
la période 2017-2019, "même si l'hypothèse d'accélération de 
l'activité en fin de période est fragile".     
    Il se montre en revanche plus circonspect sur les hypothèses 
de croissance potentielle et d'écart de production ("output 
gap") retenues par le gouvernement. 
    "La croissance potentielle présentée par le gouvernement 
(...) paraît surévaluée, en particulier en 2016-2017, et le 
maintien d'un écart de production important tout au long de la 
période peu vraisemblable", écrit-il. 
    "Cet écart de production important, supérieur à la plupart 
des estimations existantes, tend à majorer la composante 
conjoncturelle du déficit, et donc à sous-estimer le déficit 
structurel", poursuit le HCFP, soulignant que "cette 
sous-estimation amplifie en apparence l'effort structurel déjà 
réalisé et minimise l'effort à engager pour atteindre 
l'équilibre des finances publiques". 
    L'estimation de l'effort structurel est l'objet de débats 
récurrents entre les autorités françaises et la Commission 
européenne lors de l'examen des comptes publics français. 
    Même si la France a dépassé en 2015 son objectif de 
réduction du déficit public (à 3,5% du PIB contre 3,8% prévu 
initialement), la trajectoire des finances publiques prévoit 
toujours un déficit ramené à 3,3% du PIB cette année et 2,7% du 
PIB l'an prochain. 
 
 (Pascale Denis et Marc Joanny, édité par Jean-Baptiste Vey) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant