France-L'exécutif très critiqué sur le chômage avant Noël

le
0

(Actualisé avec Valls) PARIS, 24 décembre (Reuters) - L'opposition de droite et la gauche de la gauche dénoncent une "politique désastreuse" après la publication d'un nouveau nombre record de chômeurs à la veille de Noël, mais le Premier ministre Manuel Valls voit des perspectives meilleures en 2015. Fin novembre, 3.488 millions de demandeurs d'emploi sans activité étaient inscrits à Pôle emploi, un chiffre en augmentation de 27.400 (+0,8%) par rapport au mois précédent, a annoncé mercredi le ministère du Travail. Le chômage a progressé dans toutes les tranches d'âge, y compris chez les moins de 25 ans qui bénéficient le plus des contrats aidés. Manuel Valls s'est dit "convaincu" que les dispositifs mis en œuvre par son gouvernement "paieront" et "permettront d'avoir des résultats" pour relancer la croissance et améliorer la situation de l'emploi. "Avec une croissance nulle comme celle que nous avons connue en 2014, on ne peut pas compter malheureusement sur une amélioration de l'emploi", a-t-il dit. Toutefois, "les perspectives pour 2015 sont meilleures en terme de croissance, de création d'emplois () L'objectif est de tout faire pour soutenir la croissance et la compétitivité des entreprises", a-t-il ajouté, mettant en avant le pacte de responsabilité et le Cice. Manuel Valls a fait ces déclarations en marge d'une visite avec la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine aux urgences pédiatriques de l'hôpital Trousseau, dans le XIIe arrondissement de Paris. "WATERLOO DE L'EMPLOI" Mais Laurent Wauquiez, le nouveau secrétaire général de l'UMP, juge les chiffres publiés mercredi accablants. "Mois après mois, c'est l'échec du gouvernement. Le quinquennat de François Hollande risque fort d'être un Waterloo de l'emploi", écrit-il sur son compte Twitter. Pour le président UMP du Sénat, Gérard Larcher, cette hausse "est le résultat d'une politique économique désastreuse qui érode la compétitivité de la France et empêche tout retour à la croissance". "Il est temps pour le gouvernement de prendre la mesure des erreurs commises et de tout faire pour réduire les charges pesant sur les entreprises, lever les freins à l'emploi en conduisant une politique de simplification de notre droit du travail et mobiliser le service public de l'emploi au service des demandeurs d'emploi", écrit-il dans un communiqué. L'ancien ministre UMP des Finances Eric Woerth, a également appelé à un changement majeur de politique. "L'UMP demande avec force au président de la République et au gouvernement d'engager enfin les seules réformes capables de relancer la croissance et l'emploi : réforme du marché du travail et de la formation professionnelle, baisse des dépenses publiques et des prélèvements, incitation au travail, à l'investissement et à l'innovation", écrit-il. Dénonçant une "année noire" pour l'emploi, le Front national appelle les Français "à sanctionner très sévèrement en 2015" lors des élections départementales et régionales "cette politique UMPS désastreuse, et à faire le choix des idées patriotes pour redresser l'économie". A gauche, le Parti communiste juge François Hollande totalement coupé de la réalité. "Aujourd'hui, depuis Saint-Pierre-et-Miquelon, François Hollande parle de 2017 avec une forme de prise de distance face à la réalité d'un pays qui souffre et qui, mois après mois, atteint des records historiques en nombre de chômeurs", déplore-t-il dans un communiqué. "Pour une inversion de la courbe du chômage, ne croyons plus au Père Noël !", déclare la CGT, pour qui la clé est "dans une autre politique de l'emploi et des salaires", les mesures prises par le gouvernement ayant pour conséquence, "un pouvoir d'achat atone et une consommation en berne". (Gérard Bon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant