France-L'ex-présidente de Mia Electric en garde à vue

le
4

BORDEAUX, 11 décembre (Reuters) - L'ex-présidente du fabricant de voitures électriques Mia Electric, mis en liquidation en mars dernier, a été placée en garde à vue mercredi à la section financière de la PJ de Poitiers (Vienne), a-t-on appris jeudi de sources judiciaires. Les enquêteurs entendent Michèle Boos dans le cadre d'une enquête sur les conditions de la vente aux enchères des actifs de l'entreprise le 25 septembre dernier. Depuis la liquidation de l'entreprise de Cerizay (Deux-Sèvres) issue de la vente des actifs de l'ancien constructeur automobile Heuliez, Michèle Boos a créé Mia Génération, une société installée en Vendée pour relancer la fabrication d'une voiture électrique largement inspirée de la Mia Electric. Lors de la vente aux enchères des actifs, Babak Shafi, gérant de la société immobilière (SCI) Les Roseaux, a remporté le lot principal constitué des brevets, de la marque et de la ligne de production pour 1,3 millions d'euros. Mais le parquet de Niort a saisi le tribunal de commerce de la ville et obtenu en référé la suspension des effets de cette vente, soupçonnant Babak Shafi, actionnaire de Mia Génération à 50%, d'avoir agi pour le compte de cette dernière. Dans ses attendus, le tribunal a estimé que si tel était le cas, cette vente contreviendrait aux dispositions du Code du commerce interdisant à l'ancienne dirigeante de Mia Electric de faire la moindre offre de reprise directe ou indirecte. Le tribunal de commerce qui a depuis examiné l'affaire sur le fond doit se prononcer sur la validité ou non de cette vente la semaine prochaine. Dans un communiqué, les avocats de Michèle Boos, Olivier Pardo et Jonathan Siahou, estiment que "cette convocation s'inscrit dans une logique qui consiste à faire passer l'actionnaire privé, qui a investi de fortes sommes dans le sauvetage de la société Heuliez, pour le bouc émissaire d'une faillite qui pouvait être largement évitée". A l'issue de la vente aux enchères, Michèle Boos s'était réjouie qu'un des actionnaires de sa nouvelle société ait fait "l'acquisition aux enchères de la marque, des brevets et de la chaîne de production de Mia Electric". Elle avait révélé que ses actionnaires étaient des industriels du secteur des batteries électriques Kokam et Fulmen, ainsi que Focus Asia, consortium d'investisseurs basé en Allemagne déjà actionnaire principal de Mia Electric. Une dizaine de salariés a déjà été embauchée par Mia Génération et la nouvelle Mia devrait pouvoir sortir en 2015 à un prix inférieur à 10.000 euros, selon Michèle Boos. Mia Electric avait été mise en liquidation le 12 mars dernier avec plus de 200 salariés licenciés à la clé. (Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 11 déc 2014 à 21:34

    Un SCOOP...Le dévoiement de l’éducation nationale par le PS…Non seulement le PS l’autorise, mais il en est l’instigateur !...A écouter jusqu’au bout et à transmettre au maximum, pour sauver nos enfants, s’il en est encore TEMPS…> http://www.youtube.com/embed/7waAbs5hDa0

  • 300CH le jeudi 11 déc 2014 à 16:21

    Elle est ou la pleurnicharde, elle ne dira rien sur le sujet, elle qui avait financé par le biais du contribuable (participation de la région) (heuliez), peu être qu'elle a reçu un pot de vin, comme c dans leurs habitudes c socialos, ba!! on va attendre la fin de l’enquête de Mr Michèle Boos, ça langue va se délier, pas vrai Ségo "elle doit commencer à faire dans la culotte

  • sonate35 le jeudi 11 déc 2014 à 15:35

    encore une réussite de ségolène !

  • dotcom1 le jeudi 11 déc 2014 à 14:33

    Elle danse le Mia