France-L'essor des achats groupés de l'État et des collectivités

le
0
    * De plus en plus de commandes en commun 
    * Un moyen pour les admistrations de faire des économies 
    * L'Etat mais aussi les collectivités y ont recours 
 
    par Mourad Guichard 
    ORLEANS, Loiret, 9 décembre (Reuters) - Voitures, gaz, 
électricité, téléphonie, lits d'hôpitaux : pour répondre aux 
restrictions budgétaires, l'Etat, les hôpitaux et les 
collectivités locales recourent de plus en plus aux achats 
groupés, gages d'économies en période de disette. 
    L'Union des groupements d'achats publics (Ugap), qui sert 
d'intermédiaire entre clients et fournisseurs, mesure cet essor 
: elle a traité 510.000 commandes en 2015, pour un volume 
d'affaires de 2,44 milliards d'euros contre 2,15 milliards 
l'année précédente. 
    Entre 2014 et 2015, services de l'Etat et opérateurs ont 
augmenté leurs achats groupés via l'Ugap de 26%, le secteur 
social de 27%, les collectivités territoriales de 6,4% et le 
secteur hospitalier de 3,6%. 
    Au cours de cette période, les achats de véhicules ont 
progressé de 14%, les produits informatiques et la maintenance 
de 21%, le mobilier de 10%, les produits médicaux de 12% et les 
services de 6%.     
    Il existe également des centrales d'achat au niveau local, 
dont l'une verra le jour le 1er janvier 2017 en Centre-Val de 
Loire.  
    Née de la fusion d'Approlys et Centr'Achats, respectivement 
animées par trois départements (Loiret, Loir-et-Cher et 
Eure-et-Loir) et la région, cette structure vise à réaliser des 
économies en groupant les achats pour ses quelque 800 adhérents. 
     
    "SOLIDARITÉ TERRITORIALE"  
    "Sur cinq années, la région a déjà réalisé 20 millions 
d'euros d'économie sur des achats groupés comme le gaz, 
l'électricité, l'informatique ou les télécoms", a récemment 
expliqué François Bonneau, président du conseil régional de 
Centre-Val-de-Loire, lors d'une conférence de presse.  
    Ces 20 millions d'euros représentent "10% d'économie sur le 
volume total d'achats régionaux", précise à Reuters Jean-Daniel 
Heckmann, directeur régional des services régionaux. 
    "Nous n'avons cependant pas privilégié les seuls achats à 
bas coût. Nous faisons en sorte que l'argent reste sur le 
territoire en s'assurant que les trois quarts des fournisseurs 
aient leur siège social en région", ajoute-t-il.  
    Hugues Saury, président du département du Loiret, met quant 
à lui en avant l'esprit de solidarité affiché par la naissance 
de Centr'Achats Approlys. 
    "Le principe de solidarité territoriale fait que lorsque 
nous achetons du gaz au meilleur coût, cela profite aux petites 
communes qui n'ont pas forcément les moyens d'avoir un service 
achats", se félicite l'élu.  
    Les groupements d'achats pourraient prendre à l'avenir une 
nouvelle ampleur. 
    Depuis plusieurs mois, un groupe de travail de l'association 
Régions de France réfléchit à une mise en commun des achats de 
trains auprès de constructeurs, Alstom et Bombardier au premier 
rang.  
    Des marchés qui pourraient représenter plusieurs milliards 
d'euros et assurer une économie substantielle aux régions 
adhérentes. 
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux