France-L'enquête visant Mgr Barbarin classée sans suite

le , mis à jour à 20:14
0
 (Actualisé avec autre avocat) 
    LYON, 1er août (Reuters) - Le parquet de Lyon a décidé lundi 
de classer sans suite l'affaire pour "non-dénonciation 
d'agressions sexuelles sur mineurs" et "non-assistance à 
personne en danger" visant le cardinal Philippe Barbarin, a-t-on 
appris de source judiciaire. 
    Ces enquêtes avaient été ouvertes après le dépôt de plainte 
de six personnes contre l'archevêque de Lyon ainsi que des 
membres de son entourage et des représentants du Vatican. 
    Ces personnes disent avoir été victimes dans leur enfance, 
dans les années 70 et 80, d'attouchements sexuels de la part du 
père Bernard Preynat, prêtre dans le diocèse qui encadrait les 
réunions de jeunes scouts.  
    Elles reprochent au cardinal Barbarin de ne pas avoir 
dénoncé à la justice des gestes pourtant reconnus par leur 
auteur et de l'avoir laissé en poste jusqu'à l'été 2015. 
    "Le parquet a appliqué pleinement le droit dans cette 
affaire mais encore une fois, ceci ne fait pas oublier au 
cardinal les mois qui viennent de s'écouler qui étaient des mois 
certes sans doute de souffrance pour des gens qui ont été 
victimes naguère, mais également pour lui", a commenté sur BFM 
TV l'un des avocats de Mgr Barbarin, Me André Soulier. 
    "Ça n'est pas une décision que nous prenons comme une 
décision de revanche", a-t-il ajouté. 
    Les responsables de l'association "La Parole Libérée", qui a 
lancé l'affaire à l'automne dernier, ont dit leur déception et 
annoncé leur intention de poursuivre leur combat judiciaire. 
    "On est très déçus, choqués sur le plan moral, et un peu 
surpris par cette décision", a dit à Reuters François Devaud, 
porte-parole de "La Parole Libérée". Il dit vouloir s'orienter 
"vers un dépôt de plainte avec constitution de partie civile 
pour pouvoir instruire ce dossier de façon sérieuse". 
    "Le message envoyé par cette décision de classement sans 
suite qui consiste à se cacher derrière la prescription est 
regrettable", a-t-il encore commenté. "On sait que le cardinal 
Barbarin était au courant des faits et qu'il a menti sur les 
dates". 
    Me Jean-Félix Luciani, autre avocat de l'archevêque de Lyon, 
a répondu que le cardinal invitait les victimes, "plutôt qu'à 
continuer la procédure judiciaire, à venir travailler avec lui 
au sein du diocèse" pour lutter contre la pédophilie. 
    "Il faut être constructif et considérer que grâce aux 
victimes, on a pu rechercher de meilleurs outils pour lutter 
contre la pédophilie", a-t-il déclaré à Reuters. 
    Le cardinal Barbarin avait été entendu en audition libre 
pendant dix heures par les enquêteurs de la brigade de la 
famille le 8 juin dernier. Le père Bernard Preynat a été mis en 
examen le 27 janvier dernier. 
 
 (Catherine Lagrange, édité par Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant