France-L'Egypte rachète les deux Mistral destinés à la Russie

le , mis à jour à 19:03
0

* Deuxième gros contrat de défense en quelques mois avec l'Egypte * La vente des Mistral réglée en six semaines (Avec précisions du ministère de la Défense) PARIS, 23 septembre (Reuters) - La France et l'Egypte ont conclu un accord sur le rachat par Le Caire des deux porte-hélicoptères Mistral initialement destinés à la Russie, qui devrait compenser le coût de l'annulation du contrat russe pour cause de crise ukrainienne. "Hier, j'ai arrêté avec le président al Sissi les modalités et le prix de la vente de ces Mistral et la France assurera donc la livraison de ces bateaux, sans rien perdre, tout en faisant en sorte de protéger l'Egypte", a déclaré François Hollande à son arrivée au Conseil européen sur les réfugiés, à Bruxelles. Selon l'entourage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, cet accord porte sur environ 950 millions d'euros, ce qui correspond au montant remboursé par la France à Moscou. Conclue en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la vente à la Russie du Vladivostok et du Sébastopol avait été suspendue sine die en novembre 2014 par son successeur, François Hollande, en raison du rôle de Moscou dans le conflit ukrainien. La Russie est accusée de soutenir les rebelles séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine. Paris a finalement annoncé début août l'annulation de la vente à la Russie de ces deux bâtiments de projection et de commandement (BPC). "Il y a un sentiment de satisfaction (...) d'avoir réglé l'affaire (...) en moins de six semaines", commente-t-on de source proche de Jean-Yves Le Drian. Des négociations étaient menées avec une dizaine de pays, dont l'Egypte. Selon l'entourage de Jean-Yves Le Drian, l'accord avec Le Caire prévoit la formation d'équipages égyptiens, soit 400 hommes, et la livraison des deux navires en mars. PAS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES Il ne prévoit en revanche ni transfert de technologie ni facilité de paiement. Mais la façon dont Le Caire règlera la facture n'est pas précisée. Quant à la question de l'armement des deux navires, elle reste "ouverte", dit-on de même source. Le coût des adaptations nécessaires pour passer des aménagements russes aux besoins de la marine égyptienne est évalué par Paris à quelques millions d'euros. "Le niveau d'adaptation est bien inférieur" à ce qu'il aurait été si les deux BPC avaient été revendus à un autre pays, assure l'entourage du ministre. Le Caire a récemment signé plusieurs contrats d'armement importants avec la France. Selon une source diplomatique, ils sont financés par l'Arabie saoudite. Dassault Aviation AVMD.PA a ainsi livré le 20 juillet les trois premiers avions de combat Rafale jamais exportés par l'avionneur français. Ils font partie d'une commande de 24 unités passée en février par Le Caire. Cette commande s'inscrit dans un contrat de 5,2 milliards d'euros qui comprend aussi des missiles et une frégate. Selon l'entourage de Jean-Yves Le Drian, la marine égyptienne sera équipée d'ici 2020 de sept navires de fabrication française, dont les BPC et la frégate. Les quatre autres navires pourraient être des corvettes Gowind. Des exercices conjoints avec la marine égyptienne sont prévus au printemps prochain. (Sophie Louet et John Irish, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Emmanuel Jarry)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant