France-L'avenir de la SNCM devrait enfin se décider, vendredi

le
1

* Rocca favori pour reprendre la compagnie, Baja en embuscade * Corsica Maritima va lancer des liaisons concurrentes * Un préavis de grève pour le 21/11, 600 licenciements attendus par Jean-François Rosnoblet MARSEILLE, 19 novembre (Reuters) - Le tribunal de commerce de Marseille devrait enfin statuer vendredi sur la reprise de la SNCM, décision capitale pour l'avenir de la compagnie maritime mais qui augure d'un nouveau mouvement social, alors qu'une concurrence exacerbée s'annonce. Après trois reports successifs, le tribunal doit cette fois annoncer son choix entre les quatre candidats encore en course pour la reprise des activités de la SNCM, placée en redressement judiciaire le 28 novembre 2014. "La justice veut trancher pour sortir la compagnie de l'impasse, la décision devrait tomber", précise une source proche du dossier, malgré le "risque de judiciarisation" que laissent planer certains candidats en cas d'échec. A l'audience, le procureur de Marseille, le juge commissaire et l'avocate de l'Agence de garantie des salaires se sont clairement prononcés en faveur de l'offre du transporteur corse Patrick Rocca, qu'ils considèrent comme "la mieux disante et la plus pérenne" pour l'avenir de la compagnie. S'ils ont fait preuve de neutralité pour le dossier de l'armateur de droit mexicain Baja Ferries, ils ont demandé au tribunal d'écarter les offres portées par Christian Garin, ancien président du port de Marseille, associé à la société de transport maritime grecque Arista, et par le consortium d'entreprises Corsica Maritima. Ce dernier, qui avait dénoncé une "grossière manipulation" dans la présentation de son offre de reprise, a transmis lundi une note au président du tribunal de commerce pour "dissiper les fausses informations" qui ont été dites, selon lui, lors de l'audience du 4 novembre. "Mais, si le tribunal de Marseille ne retient pas notre offre, les 140 actionnaires de Corsica Maritima ont pris la décision d'ouvrir des lignes au départ de Toulon dès 2016", a prévenu jeudi dans un communiqué le président du groupe, François Padrona. TENSIONS SOCIALES Le consortium prévoit ainsi la mise en place de deux cargos rouliers pour le fret à destination d'Ajaccio et de Bastia, qui seront remplacés durant le premier semestre 2016 par des cargos mixtes et un ferry pouvant accueillir aussi des passagers. Ce dispositif doit se faire "avec l'appui de Brittany Ferries", la compagnie maritime française dirigée par Jean-Marc Roué qui revendique 2,5 millions de personnes transportées entre la France, le sud de l'Angleterre, l'Irlande et l'Espagne. La SNCM risque aussi de devoir faire face à la colère des salariés, car près de la moitié des quelque 1.500 employés en CDI devraient quitter l'entreprise. L'intersyndicale, qui regroupe la totalité des syndicats à l'exception du syndicat des travailleurs corses (STC), a déposé un préavis de grève renouvelable à compter du 21 novembre. Le document adressé le 10 novembre à la direction de la SNCM fait notamment état d'une "absence de crédibilité des plans présentés par les repreneurs" et de "conséquences sociales sans précédent" avec "pas moins de 600 licenciements qui seront prononcés dans les semaines suivant une décision". Les syndicats réclament un nouveau report de la période d'observation de la procédure collective, qui peut juridiquement être demandé par le procureur pour une durée maximale de six mois, afin d'améliorer les offres et de mieux préciser les modalités du plan social qui doit frapper la compagnie maritime. Une réunion du conseil de surveillance de la SNCM, dont l'actionnaire majoritaire est Transdev, coentreprise entre Veolia et la Caisse des dépôts, s'est tenue mardi à Paris. Elle n'a pas permis d'avancer sur les modalités pratiques du plan de sauvegarde de l'emploi qui doit être mis en place après la décision du tribunal et dont le gouvernement a affirmé qu'il devait "être exemplaire". "L'inquiétude est montée d'un cran, le climat s'alourdit. Cela sent la fin de match dans des conditions précaires, ce que nous refusons", a dit à Reuters le délégué CFE-CGC Maurice Perrin. (Edité par Grégory Blachier)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2248222 le jeudi 19 nov 2015 à 11:22

    regroupement avec air France !!!!!!!