France-L'assurance et l'étranger dopent les levées de fonds au S1

le
0
    par Matthieu Protard 
    PARIS, 12 octobre (Reuters) - L'industrie française du 
capital-investissement a vu ses levées de fonds croître de 41% 
au cours du premier semestre, tirées par les flux de capitaux en 
provenance de l'étranger et des compagnies d'assurance 
soucieuses de diversifier leurs investissements dans le contexte 
de taux d'intérêt historiquement bas. 
    Selon une étude diffusée mercredi par l'Association 
française des investisseurs pour la croissance (Afic), les 
levées de fonds ont atteint en France 6,2 milliards d'euros sur 
les six premiers mois de l'année, contre 4,4 milliards un an 
plus tôt. 
    A elles seules, les compagnies d'assurance ont contribué à 
hauteur de 29% des souscriptions, suivies par les fonds de fonds 
(13%) et les investisseurs privés et family offices (12%). 
    Les investissements étrangers ont aussi fortement animé le 
marché. Selon l'Afic, 49% des fonds levés viennent ainsi de 
l'étranger, principalement du Canada, des Etats-Unis et de 
Grande-Bretagne. 
    Interrogé sur les procédures simplifiées mises en place par 
les autorités françaises pour accueillir les sociétés 
financières britanniques à la suite du référendum en faveur de 
la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le président de 
l'Afic Olivier Millet s'est montré diplomate tout en saluant les 
initiatives pour soutenir le capital-investissement français. 
    "Doubler Londres n'est pas un objectif en soi. On ne va pas 
devenir un pays formidable parce que Londres est sortie", a-t-il 
déclaré lors d'une conférence téléphonique. 
    "On va soutenir tout ce qui peut encourager le 'venture' 
(capital-investissement, NDLR) mais cette industrie n'est pas 
que locale, elle n'est pas que parisienne", a-t-il ajouté. 
    Début octobre, l'Autorité des marchés financiers et 
l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution ont mis en 
place des procédures simplifiées et accélérées pour les sociétés 
financières britanniques désireuses de s'implanter à Paris. 
    La possible perte du "passeport européen", qui assure 
l'accès aux marchés de l'Union européenne, obligerait les 
sociétés régulées à Londres à obtenir un agrément dans un pays 
de l'UE, ce qui a suscité la convoitise et la concurrence de 
nombreuses places financières comme Paris, Francfort, Milan, 
Amsterdam ou Dublin.   
    L'étude de l'Afic montre aussi que les investissements se 
concentrent sur les levées de fonds de taille importante. 
    Sur les six premiers mois de l'année, les levées de fonds de 
plus de 200 millions d'euros ont représenté 71% des 
souscriptions. 
    Six fonds d'investissement ont ainsi levé plus de 200 
millions d'euros au premier semestre, contre quatre fonds un an 
plus tôt. 
     
 
 (Edité par Dominique Rodriguez) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant