France-L'Assemblée vote le projet de budget 2015

le
15

(Actualisé avec détails du vote) PARIS, 18 novembre (Reuters) - Les députés français ont adopté mardi par 266 voix contre 247 mardi, en première lecture, l'ensemble du projet de loi de finances (PLF) pour 2015, avec l'abstention de 37 "frondeurs" du Parti socialiste, dont trois anciens ministres. Ils ont une nouvelle fois défié le gouvernement comme ils avaient été 39 à le faire le 21 septembre lors du vote de la première partie de ce projet de budget, celle des recettes, qui avait été adoptée par 266 voix contre 245. Le vote final par le Parlement est prévu vers le 20 décembre, le Sénat examinant le texte à partir de jeudi. Le Front de gauche et l'opposition UMP et UDI (centriste) ont voté contre ce PLF et les écologistes se sont abstenus. La Commission européenne a finalement donné son feu vert provisoire à ce projet de budget après que Paris ait annoncé des économies supplémentaires de 3,6 milliards d'euros. Le projet de budget 2015 prévoit de ramener de 4,4% du PIB en 2014 à 4,3% en 2015 le déficit public, un taux de croissance de 1%, 7,7 milliards d'euros d'économies sur les dépenses de l'Etat et 3,7 milliards sur les collectivités territoriales. Soit un total de 21 milliards d'euros d'économies avec les 9,6 milliards qui seront réalisées sur la Sécurité sociale dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFFS) pour 2015. Une baisse de l'impôt pour les ménages modestes avec notamment la suppression de la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu est prévue mais les députés ont voté une augmentation de 4 centimes du prix du gazole pour les poids lourds au 1er janvier 2015, pour compenser l'abandon de l'écotaxe. Des amendements du gouvernement ont été entérinés qui permettent de modifier le montant de la taxe de séjour selon la catégorie des hôtels et qui créent une taxe sur les surfaces de stationnement en Ile-de-France. En revanche le gouvernement a fait rejeter un amendement PS qui limitait la possibilité pour les entreprises d'augmenter leur crédit d'impôt recherche (CIR) en jouant sur les filiales. (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 13:40

    L'Insee, compte 23,8 millions de salariés au 31/12 2013... les 7 millions de vrais et faux fonctionnaires représentent 29,4 % du total, près d'un salarié sur trois ! La plupart de nos concitoyens pensent que les « foncs » pèsent 20 % du monde salarial, 1 employé sur 5, ce qui est déjà énorme en soi. En vérité en se débarrassant des œillères mafieuses officielles, on comprend mieux pourquoi ce chiffre de 20 % est répété à satiété. 1 sur 5, c'est trop, mais tellement moins et mieux que 1 sur 3 !!!

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 13:37

    L'Insee, compte 23,8 millions de salariés au 31/12 2013... les 7 millions de vrais et faux fonctionnaires représentent 29,4 % du total, près d'un salarié sur trois ! La plupart de nos concitoyens pensent que les « foncs » pèsent 20 % du monde salarial, 1 employé sur 5, ce qui est déjà énorme en soi. En vérité en se débarrassant des œillères mafieuses officielles, on comprend mieux pourquoi ce chiffre de 20 % est répété à satiété. 1 sur 5, c'est trop, mais tellement moins que 1 sur 3 !!!...

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 13:34

    L'Insee, compte un total de 23,8 millions de salariés au 31 décembre 2013, les 7 millions de vrais et faux fonctionnaires représentent 29,4 % du total, près d'un salarié sur trois ! La plupart de nos concitoyens pensent que les « foncs » pèsent 20 % du monde salarial, 1 employé sur 5, ce qui est déjà énorme en soi. En vérité en se débarrassant des œillères mafieuses officielles, on comprend mieux pourquoi ce chiffre de 20 % est répété à satiété. 1 sur 5, c'est trop, mais c'est tellement moins q

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 13:32

    L'Insee, compte un total de 23,8 millions de salariés au 31 décembre 2013 , les 7 millions de vrais et faux fonctionnaires représentent 29,4 % du total, près d'un salarié sur trois ! La plupart de nos concitoyens pensent que les « foncs » pèsent 20 % du monde salarial, 1 employé sur 5, ce qui est déjà énorme en soi. En vérité en se débarrassant des œillères officielles, on comprend mieux pourquoi ce chiffre de 20 % est répété à satiété. 1 sur 5, c'est trop, mais c'est tellement moins que 1 sur 3

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 13:26

    Ils ne sont recensés dans aucune étude et, à notre connaissance, aucun "rapport" ne les analyse; le vrai chiffre tourne autour du million et plutôt plus que moins, nous allons rester dans le bas de la fourchette et retenir le chiffre de 800 000, ce qui nous conduit à un total général de 7 millions de salariés, vrais/ faux fonctionnaires, TOUS payés par des fonds publics, c'est-à-dire par les contribuables.

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 13:24

    Près d'un salarié sur trois ! Ils travaillent dans le sanitaire, médico-social, les associations éducatives ou de consommateurs, régionales ou locales. Salariés de caisses des écoles, d'offices publics d'HLM, de "sociétés d'économie mixte" ou de "groupements d'intérêt public", ces deux derniers s'étant multipliés autour de nos collectivités locales, qui les appellent d'ailleurs leurs "satellites". Entre 700 000 et 1 million d'emplois supplémentaires viennent ainsi s'ajouter à nos 6,2 millions.

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 13:20

    Près d'un salarié sur trois ! Ils travaillent dans le sanitaire, le social, le médico-social, les associations éducatives ou de consommateurs, régionales ou locales. Ils sont salariés de caisses des écoles, d'offices publics d'HLM, de "sociétés d'économie mixte" ou de "groupements d'intérêt public", ces deux derniers s'étant multipliés autour de nos collectivités locales, qui les appellent d'ailleurs leurs "satellites". Entre 700 000 et 1 million d'emplois supplémentaires viennent ainsi s'ajoute

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 13:17

    Qqs élèves de l'ENA(promo/2009), ns éclairent: ils ont pondu une note sur le monde associatif, dont le projet est articulé à l'action publique (dit avec l'élégance administrative qui convient), et découvert qu’elles représentent 15 % des associations qui sont de l'ordre de 1 million, mais surtout, 83 % de leur budget cumulé et la quasi-totalité de leurs emplois salariés. Ceci datant de 2007-2008, on imagine, vu les dérives des collectivités locales, l'aggravation du système mafieux

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 13:13

    Qqs élèves de l'ENA(promo Willy Brandt/2009), ns éclairent: ils ont pondu une note sur le monde associatif, dont le projet est articulé à l'action publique (dit avec l'élégance administrative qui convient), et découvert qu’elles représentent 15 % des associations qui sont de l'ordre de 1 million, mais surtout, 83 % de leur budget cumulé et la quasi-totalité de leurs emplois salariés. Ceci datant de 2007-2008, on imagine, vu les dérives des collectivités locales, l'aggravation

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 12:03

    Il existe une autre catégorie de sous-foncs, rémunérée par des fonds publics, soit 700 000 à 1 million de citoyens, employés par des "organismes privés à financement public dominant", selon la formule du rapport, qui sont dans l'enseignement privé, la santé, la protection sociale, les associations dépendant de l'État ou des collectivités locales, « organismes privés chargés d'une mission de service public", associations subventionnées, souvent à fonds perdu, par nos collectivités locales si dép

Partenaires Taux